Le syndrome d'épuisement musculaire

7 Nov 2017

Le syndrome d'épuisement musculaire

Dr Gordon Chalmers

trad. M.Maindrelle

 

 

 Imaginez qu'à la fin d'une longue journée difficile, les pigeons participant à un concours aient dû affronter un vent de face pendant une bonne partie de la journée. Vous avez réussi à constater deux arrivants tardifs, le dernière au crépuscule. Les deux pigeons sont très fatigués et déshydratés, et ont évidemment perdu du poids. Vous vous assurez qu'ils puissent boire une solution contenant du glucose et manger une alimentation légère avant la nuit.

Le lendemain, ils semblent plus reposés mais il ne fait aucun doute qu'ils sont encore fatigués, alors vous préférez les garder dans le colombier pour le reste de la journée. En effet, parce qu'ils continuent à avoir l'air fatigué, ils sont maintenus au colombier le deuxième jour. Quand vous pénétrez dans le colombier le troisième matin, vous trouvez les deux pigeons sur le sol, et comme vous les approchez, ils essaient de voler. Vous voyez que les deux sont maintenant très bancals et raides pendant qu'ils essaient de se soulever du plancher. L'un d'entre eux est finalement capable de voler à un perchoir, mais l'autre reste sur le sol avec des ailes levées, incapable de voler. Quel est le problème avec ces deux pigeons?


Très inquiet, vous décidez d'apporter l'un de ces oiseaux, ainsi que des fientes fraîches recueillies auprès des deux sujets, à votre vétérinaire, qui est également un membre de votre association. Vous lui demandez de ne pas tuer l'oiseau s'il est possible d'éviter de le faire. Il accepte, puis manipule et examine le pigeon, prélève un petit échantillon de sang, fait un prélèvement dans sa gorge, puis fait des cultures et recherche la présence d'œufs de parasites et de coccidies dans les fientes. Vous le contactez le lendemain pour les premiers résultats, et il vous dit que, jusqu'à présent, les cultures sont négatives pour les organismes et la paratyphoïde, mais il a besoin d'un jour ou deux pour être plus sûr du résultat. Il vous dit aussi qu'il y a un peu de coccidies, mais pas d'œufs de vers, dans les échantillons d'excréments, et que dans l'écouvillon de la gorge il y a très peu de trichomonas.

Cependant, le travail de laboratoire sur l'échantillon de sang montre que les valeurs de deux enzymes associées à un muscle endommagé sont élevées, et la valeur d'une enzyme. en particulier est très élevée. L'une de ces enzymes, appelée aspartate aminotransférase (ASAT) a une valeur élevée de 147 par rapport à la normale de 4,5-123. La lecture de la seconde enzyme, appelée créatine phosphokinase (CPK), est très élevée à 1004 par rapport à la normale de 110-480. Sur la base des signes extérieurs de ces pigeons, couplés avec les résultats enzymatiques et la bactériologie précoce négative, il fait un diagnostic présomptif de "Ligotage". Quel est ce désordre?


Le ligotage est un état impliquant les muscles actifs d'un animal athlétique après qu'il ait réalisé une course ou une compétition difficile dans laquelle il s'est surmené. On le voit chez les chevaux sur la piste, chez les athlètes humains, les lévriers, et certainement chez les pigeons, etc. L'une des pires et des plus sévères manifestations de ce problème que j'ai rencontrées dans mon expérience professionnelle est la myopathie d'effort, état que j'ai été en mesure d'étudier intensivement dans la faune à un moment donné dans ma carrière. (Myo = muscle, pathos = souffrance, par conséquent, le mot se réfère à n'importe quelle condition de muscle, dans ce cas, la dégénérescence). La myopathie d'effort se produit chez diverses espèces , comme celles qui sont capturées dans des pièges appâtés ou en les entassant à forte densité dans des enclos, souvent avec des véhicules terrestres et des hélicoptères.

Le ligotage est une expression beaucoup moins sévère de tout le processus qui vient d'être décrit, et il se caractérise par une raideur et une réticence à marcher et, chez les pigeons, une incapacité ou une difficulté à voler même jusqu'à un perchoir bas. A ce moment, le vol est instable et l'amateur peut se poser des questions sur une infection par le PMV ou la paratyphoïde, ou encore sur le fait que l'oiseau aurait une ou deux ailes blessées. Lorsque le pigeon est pris en main et examiné, les muscles pectoraux sont enflés, ce qui fait qu'il semble bien dans la main. Cependant, une plus grande attention aux muscles de la poitrine révèle qu'ils ne sont pas souples, mais plutôt qu'ils sont gonflés et durs, et, pour l'amateur inexpérimenté, ils peuvent donner la fausse impression que l'oiseau est encore en bonne condition physique. Pendant la manipulation, l'oiseau affecté apparaît souvent brillant et normal. Comment cette condition s'est-elle produite?

Dans mon expérience, l'histoire donnée dans le premier paragraphe est caractéristique. Un pigeon arrive au colombier après une course difficile, et parce qu'il est si fatigué, l'amateur estime qu'il devrait se reposer longtemps. Résultat: le pigeon est laissé au colombier, au calme, pendant plusieurs jours. Cependant, pendant cette période de repos forcée, des événements se produisent dans les muscles pectoraux pour créer les signes cliniques décrits précédemment. Dans le muscle grand pectoral du pigeon, il y a deux sortes de fibres musculaires. L'une est une fibre rouge de petit diamètre, l'autre une fibre blanche de large diamètre. Les fibres rouges dépassent de loin, en nombre, les fibres blanches par un facteur d'environ 14 à 1, et ces fibres rouges, alimentées principalement par la graisse, sont utilisées en présence d'oxygène, pour un vol rapide et prolongé.


Le plus petit nombre de fibres blanches dans les muscles grands pectoraux est capable de fonctionner normalement et efficacement dans des conditions anaérobies (an = sans, aérobie = oxygène, donc ces fibres fonctionnent efficacement dans de très bas niveaux d'oxygène) dans lesquelles elles utilisent le glycogène comme combustible principal. On sait aussi que ces fibres blanches sont recrutées à n'importe quel moment pendant le vol. Le rythme du battement de l'aile, qui est en moyenne de 5,4 battements par seconde en vitesse de croisière, peut être considérablement modifié, par exemple dans les situations où il faut esquiver un obstacle en explosant la vitesse de vol ou, par exemple, si l'oiseau doit voler contre le vent. Dans notre exemple original, puisque la course était difficile, les pigeons ont dû voler fortement contre le vent, et par conséquent, ils ont subi des changements biochimiques significatifs résultant de l'utilisation anaérobie des fibres blanches dans les muscles pectoraux.

 

Parce que les fibres blanches fonctionnent en l'absence d'oxygène ou en très bas niveau d'oxygène, l'un des sous-produits biochimiques de leur travail est l'acide lactique, qui peut s'accumuler dans le système surmené. Cette accumulation d'acide lactique peut endommager non seulement les organes internes, mais aussi les deux types de fibres - rouge et blanche- dans les muscles pectoraux où elle est produite pour la première fois. Dans ces conditions acides, les fibres musculaires sont endommagées et cela se manifeste par un gonflement à l'origine de cette sensation de dureté lorsque les pigeons touchés sont manipulés. L'augmentation des valeurs des deux enzymes sériques mentionnées permet de retracer les événements. De manière caractéristique, les valeurs de CPK augmentent très rapidement suite à des blessures musculaires et indiquent des dommages au muscle très récents, alors que les valeurs ASAT augmentent plus lentement et indiquent des dommages plus précoces, dans ce cas, des dommages qui ont probablement commencé peu après l'arrivée de l'oiseau.

 

Qu'en est-il du traitement des pigeons affectés par le problème du ligotage? A ce stade de la maladie, l'exercice est hors de question pour des raisons évidentes. Le pigeon souffre à cause de l'acidose lactique qui a fait gonfler les muscles endommagés. Tout ce que l'amateur peut vraiment faire à ce stade est d'attendre que la situation revienne à la normale, peut-être avec l'utilisation d' une alimentation légère. En théorie, les poudres alcalines pourraient neutraliser l'acidité généralisée mais il y a un risque que le surdosage déplace le système du côté acide vers le côté alcalin. Il serait préférable de pécher par excès de prudence en se reposant sur le repos et le temps pour résoudre ce problème.

 

Peut-on faire quelque chose pour prévenir la situation à long terme? D'après mon expérience, l'une des mesures préventives les meilleures et les plus pratiques est sans aucun doute l'exercice. Pour moi, le plus grand facteur contribuant au problème après le retour des pigeons est le repos forcé et prolongé. Oui, les oiseaux sont fatigués après un concours difficile, mais je crois fermement qu'il est essentiel, après une course, et certainement après une course difficile, de permettre aux pigeons de faire de l'exercice léger, même pour quelques minutes, lors de la prochaine volée ce jour-là et certainement le lendemain et les jours suivants. L'effet de cet exercice léger est de métaboliser ou "brûler" toute accumulation d'acide lactique qui s'est produite pendant le concours.

 

Notez que les sprinteurs, les pur-sang, les lévriers, etc. marchent régulièrement pendant 15-30 minutes après une course, et pour la même raison: métaboliser l'acide lactique accumulé. Pour les pigeons voyageurs, quelques minutes d'exercice libre - pas d'exercice forcé – les jours suivants un concours est une excellente stratégie de prévention, même pour les sujets fatigués. On dit que la diméthylglycine (DMG) est utile pour prévenir l'acidose lactique chez les chevaux de course, et peut également être utile pour les pigeons voyageurs. En Belgique, la carnitine a également montré un certain effet sur la diminution des taux d'acide lactique dans le sang. Cependant, dans mon expérience, l'exercice léger commençant le plus tôt possible après une course, mais surtout après une course difficile, est une thérapie simple et très pratique.

 

Bien que les conditions qui déclenchent le problème semblent être un repos prolongé immédiatement après une course particulièrement longue ou difficile, d'autres facteurs peuvent contribuer au développement de l'immobilisation. La vitamine E et l'oligo-élément sélénium sont tous les deux très importants dans le maintien de la structure musculaire normale, et les deux protègent les fibres musculaires contre les changements dégénératifs qui peuvent survenir lors d'un travail intensif. Pour cette raison, un mélange de multi-vitamines solubles dans l'eau contenant de la vitamine E et auquel de la vitamine C peut également être ajoutée, un à deux jours par semaine, est très utile tout au long de l'année. Les deux vitamines C et E sont des antioxydants qui aident à prévenir les effets néfastes de l'oxygène, sous la forme de peroxydes, dans les tissus.

 

De plus, à tout moment de l'année, les amateurs devraient fournir un mélange minéral ample et varié contenant également du sélénium, qui ajoute à l'assurance de protection offerte par la vitamine E. Parce qu'il y a une marge très fine entre les niveaux normaux et toxiques de sélénium, il est important de ne pas ajouter de sélénium supplémentaire dans le mélange minéral. Restez dans les limites légales de sélénium inclus. Dans les régions du monde pauvres en sélénium, non seulement les fourrages consommés par le bétail, mais aussi les céréales cultivées dans ces régions et consommées par nos pigeons, sont également susceptibles d'être très pauvres en sélénium. . Il y a donc intérêt à utiliser systématiquement chez les pigeons de course un mélange minéral large renfermant des niveaux légaux de sélénium.

 

Avant de conclure, je pense qu'un dernier mot de notes explicatives pourrait être utile. Premièrement, les enzymes, mentionnées précédemment, sont des composés, souvent des protéines, capables de produire ou d'accélérer un changement dans une substance chimique spécifique sur laquelle ils agissent. De manière caractéristique, les noms des enzymes se terminent par "ase". Les enzymes ASAT et CPK se trouvent dans les muscles normaux. Si les cellules musculaires sont endommagées, comme dans ce cas, ces enzymes sortent du muscle et circulent dans la circulation sanguine, où leurs niveaux peuvent être mesurés et interprétés. Pour fonctionner correctement, les enzymes nécessitent souvent un produit chimique auxiliaire appelé coenzyme. C'est dans le rôle des coenzymes que bon nombre des vitamines B fonctionnent le plus efficacement possible.

Deuxièmement, les valeurs enzymatiques rapportées ici ont été tirées d'un cas réel de ligotage chez l'un des deux pigeons voyageurs (affectés à des moments différents). Je suis reconnaissant à mon collègue vétérinaire Paul Miller (Pennsylvania Veterinary Laboratory, Harrisburg, PA, États-Unis) qui m'a demandé de commenter ce cas au moment où il est arrivé, pour sa courtoisie de me permettre d'utiliser ces valeurs dans cette histoire fictive.

 

Dr Gordon Chalmers

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags