Monuments (15 déc)

17 Dec 2017

Monuments (15 déc)

Ad Schalerlaeckens
Trad. M.Maindrelle


Contrairement aux autres écrivains , les reporters des magazines colombophiles font face à deux problèmes.

- Leurs articles sont lus par toutes sortes de personnes: des gens sans instruction et des scientifiques, des novices dans le sport et des grands champions.
- Le deuxième problème est que ces personnes ont des intérêts différents.

Je me fais clair. Une des choses qui est vraiment importante dans ce sport est l'environnement des pigeons ou plus précisément: le colombier. Un champion ne sera pas intéressé par les articles sur le colombier. Pourquoi ? Comme il a du succès, son colombier doit juste être très bon, il n'y a pas d'autre raison.

D'autres amateurs, qui n'ont pas de réussite, peuvent se demander si l'environnement est en cause. Ont-ils peut-être un problème de colombier? Pour ces personnes, les articles sur l'environnement (colombier) peuvent être très intéressants. Un autre exemple: Coli ou Adeno. Si quelqu'un n'a jamais entendu parler de ces maladies (il peut louer le Seigneur), il ne sera pas intéressé à lire sur ce sujet. C'est normal. Mais encore une fois ce sera différent si Coli ou Adeno sont une menace constante pour ses pigeons. Dans ce cas, l'amateur lira probablement tout ce qu'il peut afin d'obtenir des informations qui pourraient lui être utiles.

Au Japon, en Amérique et en Europe, de nombreux amateurs s'intéressent à des noms qui sont si grands qu'ils font partie de l'histoire de notre sport. À propos de certains «Vieilles Gloires» je veux dire quelque chose dans cet article et je m'excuse auprès de ceux qui ne sont pas intéressés.

L'ordre est en accord avec l'alphabet hollandais et il n'est pas dans mon intention d'être complet. Dans ce sport, vous ne pouvez pas tracer une ligne entre les grands et ceux qui ne le sont pas.

Jan Aarden

 

Aarden est une sorte de symbole pour de nombreux succès à la longue distance pour les Néerlandais et les Belges ces dernières années. Beaucoup d'amateurs prétendent avoir cette lignée. Le fait que le nom 'Aarden' soit souvent utilisé de manière abusive est logique. L'origine des pigeons Jan Aarden (il est mort en 1960) remonte à Delbar, Meesters, Dugguffroy, Barendrecht et Schouteren. Les pigeons les plus célèbres qu'il possédait ou qui venaient de son colombier étaient 'Zilvervosje' '86' ',' 38 'et son frère' 49 '. Indirectement aussi 'Dolle van Geel', 'Aarden 1' et 'Aarden 2'.

 

"Dolle" a gagné en 1974 le 12ème National St Vincent (12.687 pigeons, 1.000 kilomètres) en 1975 le 3ème National St Vincent (12.618 pigeons) et le 3ème National Dax (?? pigeons). Parler ou écrire sur 'la souche Jan Aarden' comme cela se fait si souvent, est un non-sens. Jan Aarden n'a jamais eu de souche propre. C'était un homme avec de l'argent qui achetait des pigeons un peu partout et il n'était pas non plus un joueur à succès. Sa renommée a été répandue par d'autres qui ont réussi avec ses pigeons. Aarden a vécu dans le sud de la Hollande, la soi-disant «région de Steenbergen» qui a dominé les concours nationaux et même internationaux de 2 jours pendant de nombreuses années. C'est pourquoi les initiés ne parlent pas de la «souche Jan Aarden» mais de la «souche Steenbergen».

Dans la même région ont vécu de grands joueurs comme Jan Cools, Henk van Achtmaal, Antoon v Wegen et Piet Lazeroms. Il est généralement connu que ces amateurs doivent leur notoriété au fait qu'ils ont pu tirer profit des pommes qui sont tombées de l'arbre Jan Aarden.

Jan Cools, van Achtmaal, v. Wegen, Lazeroms ne furent pas les seuls joueurs couronnés de succès, mais beaucoup d'autres également ont obtenu de très bons résultats. Ils ont dit que leurs pigeons étaient de la 'souche Jan Aarden'. Le fait qu'il y ait des «Jan Aarden» écaillés foncés, des bleus et des même rouges montre que nous ne pouvons pas parler de ce que nous appelons une «souche».

 

Jan Aarden


Jos van den Bosch


Notre prochaine 'légende' est Jos van den Bosch. Il a vécu dans la ville de Berlaar et est décédé en 1970. Van den Bosch est aussi l'un de ceux qui ont marqué le sport colombophile. Sa carrière a commencé en 1907 quand il avait 13 ans. Puis son père lui a acheté une femelle d'un grand champion de l'époque (Staf de Win). Elle est devenue le pigoen de base pour Jos van den Bosch. Son descendant le plus célèbre est probablement 'De Vurige de 1958'.

Un fils du 'de Vurige' devint grand-père du célèbre Oude van den Bosch, le mâle du couple sensationnel Meulemans. Les Frères Janssen ont toujours prétendu avoir importé avec succès un seul pigeon, leur soi-disant 'Demi Fabry B-60-1000863'.

La grand-mère du 'Demi Fabry' B-57-6327825 ('Jong Prinsesje') a été élevée par van den Bosch et ceci est intéressant: Une soeur de 'Jong Prinsesje' était grand-mère du mâle du couple de base de Meulemans.

Meulemans avait donc son 'Oude Merckx' (fils de son couple de base) et dans la même petite ville d'Arendonk vivaient les frères Janssen qui avaient aussi leur 'Oude Merckx (B-67-6282031) et ... les deux portent le sang de' Prinsesje de van den Bosch.