Monuments (15 déc)

Monuments (15 déc)

Ad Schalerlaeckens Trad. M.Maindrelle

Contrairement aux autres écrivains , les reporters des magazines colombophiles font face à deux problèmes. - Leurs articles sont lus par toutes sortes de personnes: des gens sans instruction et des scientifiques, des novices dans le sport et des grands champions. - Le deuxième problème est que ces personnes ont des intérêts différents. Je me fais clair. Une des choses qui est vraiment importante dans ce sport est l'environnement des pigeons ou plus précisément: le colombier. Un champion ne sera pas intéressé par les articles sur le colombier. Pourquoi ? Comme il a du succès, son colombier doit juste être très bon, il n'y a pas d'autre raison. D'autres amateurs, qui n'ont pas de réussite, peuvent se demander si l'environnement est en cause. Ont-ils peut-être un problème de colombier? Pour ces personnes, les articles sur l'environnement (colombier) peuvent être très intéressants. Un autre exemple: Coli ou Adeno. Si quelqu'un n'a jamais entendu parler de ces maladies (il peut louer le Seigneur), il ne sera pas intéressé à lire sur ce sujet. C'est normal. Mais encore une fois ce sera différent si Coli ou Adeno sont une menace constante pour ses pigeons. Dans ce cas, l'amateur lira probablement tout ce qu'il peut afin d'obtenir des informations qui pourraient lui être utiles. Au Japon, en Amérique et en Europe, de nombreux amateurs s'intéressent à des noms qui sont si grands qu'ils font partie de l'histoire de notre sport. À propos de certains «Vieilles Gloires» je veux dire quelque chose dans cet article et je m'excuse auprès de ceux qui ne sont pas intéressés. L'ordre est en accord avec l'alphabet hollandais et il n'est pas dans mon intention d'être complet. Dans ce sport, vous ne pouvez pas tracer une ligne entre les grands et ceux qui ne le sont pas. Jan Aarden

Aarden est une sorte de symbole pour de nombreux succès à la longue distance pour les Néerlandais et les Belges ces dernières années. Beaucoup d'amateurs prétendent avoir cette lignée. Le fait que le nom 'Aarden' soit souvent utilisé de manière abusive est logique. L'origine des pigeons Jan Aarden (il est mort en 1960) remonte à Delbar, Meesters, Dugguffroy, Barendrecht et Schouteren. Les pigeons les plus célèbres qu'il possédait ou qui venaient de son colombier étaient 'Zilvervosje' '86' ',' 38 'et son frère' 49 '. Indirectement aussi 'Dolle van Geel', 'Aarden 1' et 'Aarden 2'.

"Dolle" a gagné en 1974 le 12ème National St Vincent (12.687 pigeons, 1.000 kilomètres) en 1975 le 3ème National St Vincent (12.618 pigeons) et le 3ème National Dax (?? pigeons). Parler ou écrire sur 'la souche Jan Aarden' comme cela se fait si souvent, est un non-sens. Jan Aarden n'a jamais eu de souche propre. C'était un homme avec de l'argent qui achetait des pigeons un peu partout et il n'était pas non plus un joueur à succès. Sa renommée a été répandue par d'autres qui ont réussi avec ses pigeons. Aarden a vécu dans le sud de la Hollande, la soi-disant «région de Steenbergen» qui a dominé les concours nationaux et même internationaux de 2 jours pendant de nombreuses années. C'est pourquoi les initiés ne parlent pas de la «souche Jan Aarden» mais de la «souche Steenbergen». Dans la même région ont vécu de grands joueurs comme Jan Cools, Henk van Achtmaal, Antoon v Wegen et Piet Lazeroms. Il est généralement connu que ces amateurs doivent leur notoriété au fait qu'ils ont pu tirer profit des pommes qui sont tombées de l'arbre Jan Aarden. Jan Cools, van Achtmaal, v. Wegen, Lazeroms ne furent pas les seuls joueurs couronnés de succès, mais beaucoup d'autres également ont obtenu de très bons résultats. Ils ont dit que leurs pigeons étaient de la 'souche Jan Aarden'. Le fait qu'il y ait des «Jan Aarden» écaillés foncés, des bleus et des même rouges montre que nous ne pouvons pas parler de ce que nous appelons une «souche».

Jan Aarden

Jos van den Bosch

Notre prochaine 'légende' est Jos van den Bosch. Il a vécu dans la ville de Berlaar et est décédé en 1970. Van den Bosch est aussi l'un de ceux qui ont marqué le sport colombophile. Sa carrière a commencé en 1907 quand il avait 13 ans. Puis son père lui a acheté une femelle d'un grand champion de l'époque (Staf de Win). Elle est devenue le pigoen de base pour Jos van den Bosch. Son descendant le plus célèbre est probablement 'De Vurige de 1958'. Un fils du 'de Vurige' devint grand-père du célèbre Oude van den Bosch, le mâle du couple sensationnel Meulemans. Les Frères Janssen ont toujours prétendu avoir importé avec succès un seul pigeon, leur soi-disant 'Demi Fabry B-60-1000863'. La grand-mère du 'Demi Fabry' B-57-6327825 ('Jong Prinsesje') a été élevée par van den Bosch et ceci est intéressant: Une soeur de 'Jong Prinsesje' était grand-mère du mâle du couple de base de Meulemans. Meulemans avait donc son 'Oude Merckx' (fils de son couple de base) et dans la même petite ville d'Arendonk vivaient les frères Janssen qui avaient aussi leur 'Oude Merckx (B-67-6282031) et ... les deux portent le sang de' Prinsesje de van den Bosch.

Le couple d'or. Un des meilleurs couples de reproducteurs de l'histoire.

C'est peu de temps après la guerre que la renommée des pigeons van den Bosch s'est répandue une trainée de poudre. Non seulement Meulemans et Fabry sont allés chez van den Bosch pour obtenir des pigeons mais aussi Huyskens van Riel. Ils ont acheté une tournée complète d'oeufs en 1946.Huyskens van Riel était déjà de grands champions, mais après avoir importé les van den Bosch, ils ont humilié un pays entier de telle sorte qu'ils sont souvent décrits comme les plus grands de tous les temps. Les Frères Janssen, Meulemans et Huyskens van Riel ont eu un impact énorme sur le sport colombophile international.Décrire les succès remportés par les amateurs qui ont eu des pigeons chez Janssens, Meulemans ou Huyskens van Riel serait une histoire sans fin.

L'attente des pigeons chez Huyskens van Riel

Bostijn

Pol Bostijn a commencé sa carrière impressionnante en 1932. A cette époque il a acheté 31 pigeons et a tué 30 d'entre eux. Plus tard, il a échangé des pigeons avec Stichelbout et Catrijsse parmi lesquels des descendants de l'infâme '45'. Il a également eu les lignées d'Oscar de Vriendt (descendants du 'Zwartenband'), Descamps van Hasten et Labeeuw. Donc il est allé chez les meilleurs de son époque pour améliorer la qualité de ses pigeons. Les meilleurs voyageurs de longue distance chez Bostijn auront probablement été:

'Benoni' (63-3278268): Un mâle bleu qui a remporté le 1er prix international de Pau en 1970, alors âgé de 7 ans (!).

'Pasport' (67-3296047): Un écaillé qui a remporté le 3e International de Pau en 1970 et le 6è International de San Sebastian un an plus tard.

'Chico' (74-3400228) Il a remporté le 1er National Argenton en 1976, le 2e National Tulle en 1976 et le 1er National Brive en 1978

Bostijn n'était pas un homme facile. Il était dur ou même impudent envers les autres, mais il était aussi dur pour lui et ses pigeons. Si les pigeons n'étaient pas sains par nature, il n'hésitait pas un instant à les éliminer. Il accordait beaucoup d'attention à l'atmosphère du colombier qui, selon lui, était tout aussi importante que la qualité des occupants. Le pedigree était considéré comme une chose de la plus grande importance et complètement vide de sens en même temps. 1950 fût une année remarquable pour Bostijn. Il a surpris tout le monde colombophile en remportant 1, 2, 3, 4 au Nationalde Pau. Jamais, avant ou après, personne n'a gagné les quatre premiers prix nationaux. Cattrijsse a remporté le 5ème prix sur ce même concours qui était si difficile que pas un seul pigeonne put rentrer le jour du lâcher.

Pol Bostijn

Bricoux

Dans le sport colombophile, chacun a ses favoris. Certains considèrent les Janssens comme les meilleurs de tous les temps, d'autres Huyskens van Riel, d'autres van Rhijn Kloeck etc... Mais Bricoux mérite certainement une place dans le top 10. Cet homme à la grande barbe est souvent décrit comme «le grand professeur », c'est pourquoi son surnom était «le maître». Il était médecin de profession et était connu comme un grand connaisseur de pigeons. En 1941, un magazine belge interrogea les lecteurs pour savoir qui ils considéraient comme le plus grand champion du sport colombophile entre 1919 et 1939.

Bricoux fut élu numéro un. Pendant près d'un quart de siècle, il était si remarquable qu'il lui fut finalement interdit d'entrer d'engager des pigeons dans presque toutes les compétitions. Comme c'était un homme instruit, il était souvent soupçonné de droguer ses pigeons. Il était au courant de ces ragots, mais il s'en fichait. Plus tard, il a été dit que Bricoux était un si grand champion car il était le premier à jouer les pigeons au veuvage dont il avait toujours gardé le secret.

C'est donc Bricoux qui est censé avoir inventé cette nouvelle méthode de course, appelée plus tard veuvage.

On sait aussi que le Dr Bricoux était un bon ami de Sion, le meilleur joueur de France chez qui il avait aussi obtenu de bons pigeons. Il ne croyait pas à la consanguinité, et les bons pigeons on ne pouvait les obtenir qu'en croisant avait-il déjà dit à l'époque. En 1940, alors que le monde était en feu, Bricoux avait tellement peur qu'il est parti en courant. Quand il revint voir ses pigeons quelques semaines plus tard, il les trouva tous morts, tués par les Français. Quelques amis lui ont donné des pigeons après cet incident tragique mais le bon Dieu avait décidé que le temps du Dr Bricoux était venu. Il est mort peu de temps après. Son fils Arthur a continué avec les pigeons des amis de son père pendant un moment mais sans succès et le 11 novembre 1952 les pigeons Bricoux ont été vendus aux enchères à Bruxelles.

La chose amusante (et c'est typique du sport colombophile ) et que dans les années 1960-70 un Allemand et quelques Américains se sont montrés avec ce qu'ils ont prétendu être des «purs Bricoux». De quels pigeons ils parlaient n'est pas clair. Ceux de Bricoux furent tous tués, ceux de son fils n'étaient pas les siens...

Dr Bricoux

Catrijsse

Oscar (né en 1892 et décédé en 1964) et son frère Gérard (né en 1893 et décédé en 1969) étaient déjà dans le sport colombophile au début du 20ème siècle, encore enfants. C'est spécial car leur père n'était pas colombophile. Dans les années 20, quand ils étaient encore jeunes, ils étaient déjà renommés. Ils ont obtenu leurs sujets de base de Jules van der Espt (un frère du célèbre Charles van der Espt) en 1922 et d'Ernest Casteleyn qui avait des Wegge et des v d Velde . Casteleyn était un vrai superman mais n'a jamais eu la célébrité qu'il méritait. C'est pourquoi il fut appelé «le sous estimé» par Piet de Weerd.

Charles van der Espt est connu comme l'homme qui a enseigné aux Catrijsses les tenants et les aboutissants de ce sport. Parmi les autres pigeons importés plus tard ceux de Commine et Devriendt et l'inévitable Bricoux sont les plus connus.

Le meilleur pigeon des Catrijsse fut le 45 (45-3886045) qui remporta le 1er National Bordeaux en 1947 et le 1er National Angoulême en 1949. En 1949, une compétition nationale spéciale fut organisée par «Curegem». C'était une compétition pleine de suspens jusqu'à la dernière course. Catrijsse a battu Oscar Devriendt qui vivait dans la même petite ville de Moere, à quelques rues de lui. Aussi Casteleyn («le sous-estimé») vivait dans la même petite ville de Moere.

Un pigeon de base important de Catrijsse fut également une femelle Huyskens van Riel qu'ils ont obtenu de Hector Desmet mais ils ont également obtenu d'excellents pigeons d'amateurs complètement inconnus.

Frères Catrijsse

Delbar

Maurice Delbar, un fabricant, a également joué un rôle de premier plan dans le sport colombophile international. Sa carrière a duré plus de 60 ans. Il avait déjà un «nom» avant la première guerre mondiale, mais ses meilleurs pigeons ont été obtenus plus tard chez un homme appelé De Preter de Putte (où habita Flor Engels).

Le Ballon (52-4116487) de Delbar est probablement son pigeon le plus célèbre. cela ne signifie pas nécessairement son meilleur. Par exemple, l'arrière-grand-père de «Ballon», «De Kleine Geschelpte» (32-4293562) était bien meilleur que «Ballon» lui-même. De Kleine Geschelpte est l'un des rares de l'histoire du pigeon à avoir remporté deux courses nationales en un an. C'étaient deux courses de Saint Vincent (900) kms en 1939. 'De Kleine Geschelpte' est décrit comme 'le meilleur pigeon jamais' par P de Weerd et Gallez dans leurs vieux livres. Sa mère était un pur oiseau De Preter.

Le fait de remporter deux cconcours nationaux en une année est vraiment exceptionnel, mais le nombre de participants (environ 2 500) n'est pas suffisant pour être qualifié de «meilleur pigeon de tous les temps». Delbar a également obtenu des pigeons d'Oscar Devriendt, Goossens, Hector Desmet, Portois, Charles van der Espt et ainsi de suite, mais comme mentionné précédemment ses meilleurs voyageurs provenaient de l'inconnu De Preter et beaucoup des As qu'il avait élevé portaient le sang du 'Kleine Geschelpte'.

Jusqu'ici quelques vieilles Gloires. Dans un autre article, nous en présenterons plus, pas dans le prochain, ce qui serait trop ennuyeux pour les lecteurs qui ne sont pas intéressés par les fondateurs de notre sport. En conclusion, je terminerai ce chapitre avec une chose intéressante.

Maurice Delbar

Intéressant

Si vous regardez de nombreux grands noms du passé et vérifiez leur emplacement sur une carte, vous trouverez quelque chose d'intéressant: Presque tous (Huyskens van Riel est l'une des rares exceptions) ont vécu dans le sud de la Belgique, donc à la plus courte distance à partir des points de lâchers. Est-ce une coïncidence? Je ne crois pas tellement aux coïncidences. Vous savez ce que disaient Hofkens, Grondelears, Louis van Loon, Meulemans et les Frères Janssen qui vivaient ou vivaient encore dans le nord (près de la frontière néerlandaise)?

Si des amateurs tels que Delbar, Catrijsse, Cobut, Desmet, Marc Roossens, Vd Velde, Devriendt, Desmet Matthijs, Vanhee, Bostijn et tous ceux qui sont devenus célèbres dans le monde avaient vécu dans le Nord, personne n'aurait jamais entendu parler d'eux.

Est-ce qu'ils disent çà parce qu'ils sont frustrés ou y a-t-il une part de vérité dans leurs paroles? Je ne sais pas, mais c'est un fait que Delbar est devenu grand avec les pigeons d'un amateur inconnu qui vivaient dans le Nord. Et c'est aussi un fait que les grands noms de longue distance en Hollande vivent aussi dans le sud du pays. C'est peut-être une coïncidence, mais comme je l'ai dit: je ne crois pas beaucoup aux coïncidences, mais plus dans les faits et la plupart des faits ont une raison. Une bonne raison de pouvoir dominer les concours de longue distance est de voler sur une distance plus courte.

Aucun cycliste ne parcourt les 100 kilomètres à une vitesse moyenne supérieure au kilomètre.

Aucun nageur ne nage un kilomètre à une vitesse moyenne plus élevée que les 100 mètres.

Aucun athlète ne court le marathon à une vitesse moyenne supérieure au kilomètre. Nous trouvons cela normal car nous connaissons la raison. Donc, beaucoup de grands noms doivent leur renommée à leur emplacement? J'ai peur que cela soit obscur pour toujours.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo Aviator's Loft - Racing pigeons - Pigeons voyageurs - Colombophilie - Beyers - Alimentation pigeons voyageurs - Racing pigeons food
PIR3 logiciel de Gestion de colombier
PIGEN pigeon genetique
mapp.jpg