L'histoire de Huyskens van Riel (2)

9 Jan 2018

L'histoire de Huyskens van Riel (2)

Ad Schaerlaeckens

Trad M.Maindrelle

 

 

FRANS HUYSKENS


Huyskens gagnait sa vie en travaillant dur sur les quais d'Anvers. Il était doux et calme par nature et n'avait pas trop de choses à dire, à cet égard il était comme Van Riel. Van Riel avait également une personnalité très calme et tranquille. Huyskens a commencé à jouer des pigeons en 1929. Son amitié avec le diamantaire van Riel n'a commencé que plusieurs années plus tard. Van Riel n'avait alors aucun pigeon et cherchait sa détente chez Huyskens. Les deux se sont très bien entendus et sont rapidement devenus de bons amis.


Nous sommes maintenant à la fin des années 1930. Après que Van Riel ait arrêté de jouer, un certain Frans Nuyens ramassa le flambeau et devint l'homme à battre. Van Riel brûlait de curiosité et voulait savoir quels pigeons Nuyens jouait sur les concours de vitesse. Il ne tarda pas à frapper à la sa porte. Il fut profondément impressionné et rapport quelques pipants chez lui ; c'était en 1937. Parmi ces jeunes, il y avait une femelle noire, petite, serrée et compacte avec des yeux incroyables qui semblaient cracher des flammes. C' était une vraie essoreuse difficile à tenir en main. Jef la plaça dans le colombier de son frère Louis (qui à cette époque n'avait pas de pigeons?) où elle devint un pigeon sans égal. Nous parlons de la fameuse "Boerinneke".

 

RETOUR À NUYENS


Parce que la "Boerinneke" semblait être un pigeon de première classe, van Riel est retourné chez Nuyens. Certes, Nuyens était un joueur de vitesse, mais van Riel ne croyait plus aux pigeons de vitesse. "Ces pigeons Nuyens doivent être capables de gérer n'importe qu'elle distance", pensa-t-il, et c'est pourquoi il est reparti avec des jeunes qu'il a emmené dans les colombiers de son ami Huyskens. Parmi ces jeunes, il y en avait un autre des mêmes parents de "Boerinneke", sauf que celui-ci était un mâle et ressemblait exactement à sa soeur: la même construction, la même couleur, et les mêmes yeux, mais il était incroyablement peureux. Lorsque l'amateur entrait, il paniquait volant droit dans le visage du patron. Lui trouver un nom ne fut pas un problème ; "de Bange" (le Peureux). Plus tard, "de Bange" et sa soeur "Boerinneke" deviendront des pigeons de classe mondiale.

 

À l'automne 1946, la «Boerinneke» fut vendue à De Scheemaecker pour la somme de 25 000 Bfrs, une somme considérable pour l'époque. Elle fut fertile pendant deux autres années chez son nouveau propriétaire. De nos jours, il arrive souvent que les pigeons célèbres restent fertiles jusqu'à ce qu'ils tombent littéralement ou ... encore plus longtemps (!).


Aujourd'hui, il y a beaucoup d'argent dépensé pour acheter et vendre des pigeons, mais à l'époque, l'argent était dépensé pour pooler les pigeons. Les pigeons Nuyens avaient montré dans le colombier de Frans Huyskens qu'ils possédaient une classe énorme et van Riel, toujours curieux, ne pouvait plus être arrêté. Il devait connaître "les racines", des pigeons de classe mondiale tels que "het Boerinneke" et leurs semblables et commença à enquêter. Il apprit alors que Nuyens avait obtenu ses pigeons d'un Vanderkeylen, qui était aussi docker et qui avait à son tour obtenu ses pigeons d'un collègue: Boer Peeters. Et il aurait été impossible à Boer Peeters, jusqu'à la fin des temps, de devenir commercial, car il avait dit à tout le monde qu'il les avait élevés hors de pigeons d'églises. Mais juste au moment où Huyskens pouvait devenir célèbre au niveau national avec les pigeons que van Riel lui avait rapportés, l'impensable se produisit: la seconde guerre mondiale éclata. "Het Boerinneke" et "de Bange" ont survécu à la guerre et formeraient la base d'innombrables descendants.

 

KERMIS (Célébration)


En 1944 c'était kermis à Ekeren Donk. Dans le café De Pelikaan, Jeff buvait une trappiste du baril quand Huyskens entra. Bien sûr, il prit un verre avec lui, et bientôt le sujet de la conversation fut clair: Huyskens avait de grands colombiers, van Riel avait peu de place mais il y avait de très bons pigeons. Il fut décidé de voler en partenariat et en 1945, le nom de Huyskens van Riel est apparu sur le résultat d'une course pour la première fois. La toute première année de l'existence du tandem, ils étaient déjà Champion à L'Union d'Anvers devant des noms tels que Havenith, Hermans et Horemans.


Cependant, les ambitions des partenaires allaient bien au-delà de l'Union. Il fut décidé d'acheter une parcelle de terrain et de construire une maison pour Huyskens et un pigeonnier qui servirait aussi de maison à van Riel. En attendant, cependant, quelque chose d'autre arriva. Quelque chose dont vous ne trouverez aucune référence et qui n'a jamais été rendue publique. Quelque chose que j'ai appris directement de la bouche des fils van Riel: François et Georges. "Le plus grand et le plus important mouvement que notre père ait jamais fait", selon les deux. Ils m'ont mentionné qu'en 1945, vingt jeunes ont été obtenus. L'année suivante, ils ont été accouplés avec leurs propres pigeons, et hors de ces croisements, la génération célèbre de 46e est née. Un régiment de super pigeons, tous plus bons les uns que les autres, tous élevés la même année.


D'où vint cette tournée de tardifs de 1945? De l'homme qui a possiblement eu les meilleurs pigeons qui aient jamais volé: Jos van den Bosch de Berlaar. Ce qui précède conduit à quelque chose de comique. Surtout en Amérique, ils volent toujours avec des pigeons Huyskens van Riel 100% purs d'avant guerre. Même Raymund Hermes, qui est loin d'être bête, fut presque pris piègé et était sur le point d'acheter des pigeons «purs Huyskens van Riel» d'avant guerre. Pourquoi sont-ils allés chez Jos van den Bosch?

 

 Jos van den Bosh

 

VAN DEN BOSCH


Pendant la guerre, ici et là des rumeurs circulaient, rapportant que quelqu'un de Berlaar avait une sorte de supers pigeons: Van den Bosch était la source de cette rumeur. Le même endroit où Janeke Wouters et Frans Mariën (Arendonk) ont obtenu leur fameux 'Oude van den Bosch' A Arendonk, il a été accouplé à la 'femelle Janssen' de Saelen de Mol, et ils produisirent des pigeons merveilleux les uns après les autres. Ce « Couple fondateur Meulemans» (que Karel avait hérité de Janeke Wouter et à Frans Mariën après leur décès) est souvent décrit comme «le meilleur couple de tous les temps». J'ai entendu de plus grandes exagérations.


Leur descendant le plus célèbre est le Merckx, qui rappelle une anecdote fascinante. Il est décédé le même jour que son patron, Janeke Wouters. Les frères du Merckx, tels que le Piet, le Kadet, le Junior, le Benjamin, etc. ont tous été extraordinaires à la fois en tant que voyageurs et reproducteurs. D'innombrables super pigeons portent encore aujourd'hui leurs gènes, avec lesquels de nombreux colombophiles sont devenus champions. Bien sûr, tous leurs jeunes n'étaient pas des «supers». Kees Noyen de Tilburg a un jour acheté un mâle à partir de ce «Super Couple Meulemans» et peu importe la femelle avec laquelle il était accouplé, aucun jeune capable de remporter un prix ne fut produit.

 

( à suivre )

 

 

 Le super couple Meulemans 'Oude van den Bosh' x Femelle Janssen

 

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags