Souvenirs

26 Jan 2018

Souvenirs

Ad Schaerlaeckens

trad. M.Maindrelle

 


 

 C'est en 1974 que j'ai écrit mon premier article sur les pigeons. J'étais encore très jeune et n'avait pas le moindre sou.

Mais l'avidité pour les bons pigeons et le désir d'apprendre sur le sport colombophile je les avais déjà. Par conséquent, mes premiers articles furent des reportages sur des colombophiles.

 

J'espérai que les champions au sujet desquels je faisais de la publicité me montreraient leur gratitude en me donnant de bons pigeons gratuitement et j'étais vraiment intrigué de voir leurs colombiers.

Mon premier reportage porta sur la colonie de Mr Zoontjens . Je me souviens que les colombiers n'avaient pas de ventilation du tout, et même une mouche n'aurait pas été en mesure de rentrer ou de sortir.

Peu de temps après, j'étais chez les Frères Janssen puis le boucher Hofkens et la confusion me gagna. En effet, contrairement au colombier de Zoontjens leurs colombier étaient ouverts avec beaucoup de ventilation.

 

Donc, très jeune, j'ai déjà réalisé que différents chemins menaient à Rome.

Plus tard, de nombreux articles suivront et aussi quelques livres. Je me souviendrai toujours de certaines de mes visites à des Champions.

MARCELIS

Albert Marcelis était un vrai champion de vitesse. Son «Sprint» est considéré par beaucoup comme le meilleur pigeon de vitesse qui ait jamais existé (26 x 1er).

Cet homme n'avait jamais dépensé un sou pour acquérir des pigeons et ... il a presque réussi avec tous les pigeons qu'il a importé (...de colombophiles locaux).

Il a certainement dû être un très bon manager!

Un de ses principes était de toujours sevrer les pigeonneaux à un âge très précoce. 23 jours était le maximum. Et ceux qui ne pouvaient pas gérer ce sevrage précoce n'étaient pas, pour lui, des sujets assez solides.


Diels, Boeckx, vd Wouwer sont d'autres exemples de champions qui n'ont jamais donné le moindre argent pour des pigeons.


LEO HEREMANS

Leo Heremans n'est pas un colombophile stupide non plus. En 2004, j'ai acheté chez lui beaucoup de jeunes pour un taïwanais. Ma commission fut de 6 pigeonneaux.

Quand il me rendit visite un an plus tard Leo demanda à voir les pigeonneaux en question. Je lui ai montré et il m'a dit: «Ce 124-2004 est très certainement un super".

Mais aucun d'eux ne sembla être bon. J'ai éliminé cinq des ces pigeons et j'ai gardé le 124.  Je l'ai gardé mais j'avais des doutes.

"Vous pouvez également vous tromper Leo" pensais-je . Mais il n'avait pas tort. Deux ans plus tard, 4 des petits-enfants de ce 124 se sont avérés être de SENSATIONNELS voyageurs.

Le meilleur était le 11-1821732 qui a gagné:
6,692 p - 4e
27,056 p - 4e
7,005 p - 2e
3,004 p – 4e et ainsi de suite.

Au régional ce 732 remporta les places suivantes: 1, 1, 1, 2, 2, 2, 4, 5, 6.

Les gens disent souvent "personne ne peut savoir si un pigeon est un tout bon", mais Marcelis et Heremans doivent être des exceptions.


KLAK

Les pigeons Klak (Janssen A) appartiennent maintenant au passé en Hollande et en Belgique, mais dans les années 80 et 90  c'était très différent.

Une fois un amateur nommé vd Loo alla chez Klak et acheta 4 jeunes. Klak demanda 250 euros pour chaque jeune.

«C'est beaucoup d'argent" pensa v d Loo.

Klak réagi: "Et honnêtement, il y a peu de chance qu'il y ait un bon parmi eux». v d Loo le regarda d'un air interrogateur.

Klak sourit. "Je ne plaisante pas. Croyez-moi, je ne produit même pas un bon pigeon sur quatre". Oui, je parle bien du fameux Klak !

Cela me rappelle Maurice Voets.

VOETS

Voets est un autre amateur qui est devenu célèbre avec les oiseaux qu'il a obtenu gratuitement des colombophiles locaux. Dans les années 1990, il avait la réputation d'être le roi de la Belgique bien qu'il jouait très peu de pigeons. En 1989, il fut tellement sensationnel que son club a été expulsé des courses provinciales (Union Anvers) un an plus tard.

Une fois je suis allé là-bas pour acheter 16 jeunes, des oiseaux bon marché en fait.

Lorsque je pris congé, il m'a souhaité bonne chance et m'a dit qu'il serait surpris qu'il n'y ait pas un ou deux bons parmi eux.

Il ne parlais pas de couple d'or ou de super reproducteurs ou d'autres super bla bla.

"Un ou deux bons" espérait-il pour moi.

DILEN

Dilen de Ravels était un autre amateur qui n'a jamais reçu les crédits qu'il méritait.

Dans les années 80 et au début des années 90 j'ai eu des pigeons chez lui et je n'ai jamais eu un seul mauvais.

Il n'est pas devenu célèbre parce qu'il ne voulait pas jouer de nombreux pigeons (4 au maximum) et il ne jouait pas les longues distances.

Jouer de nombreux pigeons et la longue distance sont les conditions pour obtenir un grand nom à l'étranger.

Quand il engageait 4 pigeons il remportait souvent 4 prix.

Son secret était de tuer les mauvais pigeons, vendre les bons et ne garder que les supers.

Une chose spéciale à son sujet est qu'il ne donnait jamais de médicaments.

Une fois lorsque j'étais chez lui j'ai remarqué un jeune qui souffrait de trichomonose. Je lui ai montré et puis il prononça les paroles historiques: «J'ai un bon remède pour ça".

Puis il est allé à un petit hangar. Je pensais qu'il allait avoir une pilule, mais il revint avec une hache. Ce qui s'est passé après vous pouvez le deviner.

BOSUA ET CLAESSENS

Parler de sélection me fais penser à Bosua et Claessens. Il y a longtemps j'ai exporté certains de leur pigeons vers le Japon. Quand j'ai vu les pedigrees je savais qu'ils allaient devenir de grands champions.

Parmi ces pigeons en partance pour le Japon se trouvaient des pigeons avec de très bons résultats que beaucoup d'autres n'ont jamais eu dans leur colombier. Mais pour ces deux amateurs ils n'étaient pas assez bons!

 

VANLINT

Lorsque Vanlint a commencé à jouer en Belgique, il n'avait pas une haute opinion des pigeons hollandais. Il pensait que les Belges étaient meilleurs. Mais il ne garda pas cette certitude bien longtemps. Il n'eût pas d'autre choix que de changer d'avis après avoir remporté des nationaux avec des pigeons qu'il obtint (encore une fois gratuitement) d'un ami hollandais ( W. de Bruijn )



VAN DE WOUWER


En 2007 je suis allé chez Gaston vd Wouwer acheter des pigeons. Il a mis 8 jeunes dans un panier et j'en ai choisi 4. Ils m'ont coûté 100 euros chacun.

«Pourquoi ne les prenez vous pas tous ?" me pria t'il ? . Je ne le fit pas et cela s'est avéré être une grosse erreur. En 2012, il a vendu des jeunes sur Internet à 4.400 euros de moyenne. Avec quelle banque aurais-je eu autant de rendement?

Les pigeons V d Wouwer sont «à la mode » maintenant. Comme les oiseaux de De Rauw Sablon et pour faire de l'argent, vous devez faire des pigeons « à la mode ».

Vous devez savoir que j'ai eu 3 jeunes de l'Olympiade de Gust Janssen / Leo Heremans.

J'ai payé € 1.000 pour les trois. Récemment, leurs frères et sœurs ont été vendus pour 10.000 euros et plus.

J'ai donné les miens gratuitement. Ils n'étaient pas
bons!

 

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags