La colombophilie une activité en perdition ?

13 Mar 2018

La colombophilie une activité en perdition ?

Team FL

 

 

Si certains d'entre vous ont lu mes précédentes chroniques cela ne les étonnera pas que je m'émerveille de ce qui va suivre.

 

Quand on a été en manque d'une substance tout ce qui s'en rapproche plus ou moins est ressenti comme substitutif et la prise de ce produit de substitution diffuse une satisfaction, un bien-être, une envie d'encore, de toujours.

 

Je remonte une colonie dans une région française qui n'est pas à proprement parlé une région colombophile… pas dans le nord quoi !

 

80 kms à l'ouest de Paris, à la limite de la 21e région (Île-de-France). Des sociétés existent, fortes d'effectifs irréguliers mais très actifs, engagés et dynamiques.

 

Nous sommes en quatrième région. Les distances assez importantes de l'Orient à l'Occident (120 kms) et du midi au septentrion (120 kms), peut-être 80 amateurs ?

 

On est loin des concentrations belges même en Wallonie province dite sinistrée où sévit un climat délétère, si j'en crois ce que je lis dans la presse.

 

Et pourtant ! Les initiatives personnelles pour sortir des sentiers battus sont légions. Cet hiver les amateurs ont pris leur voiture et sont allés dans le nord de la France, où leurs pairs, qui ont la chance d'avoir les distances pour participer aux internationaux, ont réalisé La Démonstration face aux nations dites berceaux de la colombophilie mondiale !

 

Une coupe d'Europe sans équivoque et un Grand Fond français des inters aux avants postes. (La-france-des-internationaux-fete-ses-champions)

 

Ils sont allés en Belgique pour communier à Fugare, en Hollande pour participer à la réussite des rencontres de printemps à Houten. Ils n'ont pas hésité pour regarder comment et où aller chercher de nouvelles idées, du renfort, et y sont allés.

 

Des passionnés en somme. Des passionnés oui mais sans l'émulation du nombre, une vraie volonté intérieure/personnelle de ne pas se résigner et de jouer à pigeon coûte que coûte.

 

 

Ailleurs, une autre vraie organisation est admirable : le Marathon Club du Grand Centre.

 

Des amateurs de l'Ouest/Sud-Ouest, du Sud et du Sud-Est de la France regroupés derrière une bannière pour jouer des concours de grands fonds lâchés en Belgique en Hollande en Allemagne, retournant dans des directions inverses à celle qu'on a coutume de jouer.

 

À nouveau cette organisation est admirable. Ramassage des pigeons de Nantes jusqu'en région PACA, acheminement vers les points de libération. Concours lâchés en semaine pour éviter les troupeaux de coulons remontant vers le nord le week-end, parfois lâchés deux par deux. Après l'exploit humain, l'épreuve sportive inimaginable 700, 800, 900 kms et bien au-delà pour certains.

 

Les classements par zone kilométrique qui autorisent le plus grand nombre à participer donnent des idées à des amateurs qui sont à la limite des distances minimales pour participer aux internationaux…

 

Chapeau bas messieurs, c'est vous qui faites vivre l'esprit sportif colombophile.

Évidemment je ne reproche rien à ceux qui sont aux bons endroits pour pouvoir jouer dans de petits rayons face à de beaux contingents mais pour eux tout est tellement plus simple, s'il savait.

 

Haut-les-cœurs, la colombophilie française a le vent en poupe !

 

Bonne saison à tous.

 

 

 

 

 

teamflfrance@gmail.com

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags