Pour ce que ça vaut !!

Pour ce que ça vaut !! (8 octobre)

Ad Schaerlaeckens

Trad. M.Maindrelle

Piet de Weerd m'a dit un jour : " Je connais 1% au sujet des pigeons, mais c'est encore infiniment plus que les autres. La plupart d'entre eux ne savent rien". Cela devait être une blague et il voulait seulement faire un bon mot, mais il y a un fond de vérité. Je suis moi-même l'une des innombrables personnes qui ne connaissent rien ou presque rien aux pigeons, mais si je regarde autour de moi et que je vois ce que font d'autres personnes, je ne suis pas non plus le plus stupide. C'est pourquoi j'ose donner ici mon avis sur de nombreuses "questions relatives au sport colombophile". LE 703 Un jour j'ai perdu un beau pigeonneau, le 703, qui avait gagné en deux semaines le 1er et le 2ème contre une moyenne de 300 pigeons à chaque fois par temps chaud et vent de face. Puis il s'égara par un temps facile. Deux jours plus tard j'ai reçu un appel téléphonique. Quelqu'un avait attrapé un de mes pigeons. Ma tragédie, c'est que lorsqu'un pigeon est signalé, il s'agit généralement d'un pigeon que je n'apprécie pas. Comme la plupart, j'en ai perdu beaucoup de bons, mais je n'en ai jamais revu. Cette fois, cependant, c'était différent. C'était lui, le 703. Je n'ai pas laissé pousser l'herbe et j'ai sauté dans ma voiture. DEPLORABLE L'homme avait mis le pigeon dans un panier, juste en face d'un colombier assez petit, sur lequel quinze jeunes étaient posés. Leur état était médiocre. Ils étaient nourri dans les fientes, l'avant du colombier était fait de gaze, mais ça ne pouvait pas être à cause de ça. Je lui ai demandé : " Je suis sûr que ce sont les reproducteurs. Il s'est avéré que ce n'étaient pas le cas. Il avait arrêté de les jouer, ils avaient eu six concours, donc assez d'expérience d'après lui. Du moins, c'est ce qu'il a dit. Je pense que la réalité était qu'il ne pouvait pas gagner le moindre prix . Il a dû sentir ce que je pensais parce qu'il a tapoté la gaze plusieurs fois pour qu'ils se redressent. Puis j'ai regardé les huit veufs, ils n'avaient pas l'air beaucoup mieux, comme le pigeonnier d'ailleurs. C'était un mauvais atout.

LA SOURCE Je pense que cet homme avait des pigeons qui étaient structurellement faibles, et de toutes provenances. Et d'où venaient ces pigeons ? D'éleveurs qui n'étaient pas en bonne santé. Du colombier d'élevage, toutes les bonnes choses doivent venir, mais il y a aussi beaucoup de misère qui en découle. Si vous commencez à sevrer les jeunes trop tôt , qu'ils ne tiennent pas sur leurs pattes dans le nid, qu'ils sont creux et ne présentent pas une tête saine, alors vous êtes assuré d'une mauvaise suite. Chez les reproducteurs, ils doivent être dès le départ en aussi bonne santé que les pigeons de concours. Ils doivent être parfaitement en ordre sinon rien de bon n'en sortira. Et vous aurez une colonie de pigeons qui devront continuer à prendre des médicaments. PAS LE CHOIX L'erreur que commettent souvent les colombophiles avec une telle colonie est d'aller chercher des pigeons ailleurs. Malheureusement cela n'a aucun sens. Mettez les nouveaux pigeons dans un milieu malsain et ils seront alors aspirés dans une spirale descendante et seront bientôt aussi mauvais que les anciens résidents. Un amateur comme celui qui s'est occupé de mon pigeon n'a pas le choix et il ne lui reste qu'une seule option : éliminer tout çà. Même s'il y a des pigeons parmi eux qui ont déjà bien volé. Et même s'il y a des cadeaux parmi ces bons pigeons pigeons. Il faut se débarrasser de tout. Et ensuite ? Ensuite, d'autres pigeons doivent être apportés. Ils n'ont pas besoin d'être bons, ni même être des pigeons d'un bon colombier, ça peut même être de vilains pigeons. En fait, ils n'ont qu'une seule condition à remplir. Ils doivent être en parfaite santé. Et issus de colonies qui n'ont que des pigeons en bonne santé et qui n'ont jamais besoin de médicaments. Si nécessaire, vous pouvez les obtenir de quelqu'un qui ne joue pas. Tant qu'ils ont de la santé à revendre. La prochaine étape est d'acheter des œufs quelque part pour les placer sous ces pigeons. Obtenir des œufs d'un bon colombier ne devrait pas être trop difficile. Ma préférence serait alors pour les œufs de printemps des pigeons voyageurs d'un bon amateur. Pour qu'on puisse déjà jouer avec les jeunes en espérant qu'il y ait quelque chose de bon parmi eux. Des pigeons dont on ne sait rien ne peuvent pas être mis au colombier d'élevage. C'est de la pure spéculation.

L'endroit où acheter des œufs varie d'une personne à l'autre. Il me semble qu'il est préférable d'acheter des œufs d'un amateur du club, ou certainement d'une personne qu'on rencontre régulièrement. Un tel homme le sait et ne veut pas entendre tous les WE que les jeunes de ses oeufs ne valent rien et même subir un regard de reproche qui en dit plus que des mots. ('tu ne m'as pas bien traité, tes pigeons ne valaient rien'). Obtenir de bons pigeons est très souvent une question de don et de confiance, comme on peut le lire sur le reportage concernant Herman Beavers. Il n'y a pas de sentiment dans un achat. C'est échanger des oeufs contre de l'argent. Lorsque vous faites un don, il y a habituellement un sentiment. C'est ainsi que B Knaven est déjà venu m'acheté des pigeons. Sa femme a payé. Il a vu mon regard interrogateur et m'a dit que c'était son cadeau d'anniversaire. Je vais montrer mon bon côté ", dis-je, et je suis allé chercher un jeune de mon Home Alone.

Pour ton anniversaire,' dis-je. Quelques années plus tard, Knaven était champion de vitesse des Pays-Bas . Surtout grâce aux jeunes d'Els, le nom qu'il a donné à son cadeau d'anniversaire.

AUTRE EXEMPLE

Un autre exemple au colombier Eijerkamp. Hans et son fils ont acheté des pigeons à Leo Heremans pour plusieurs centaines de milliers d'euros. Chez lui et dans la vente totale de Leo. Puis vint le jour où Hans fêta son anniversaire. Je fais un petit geste pour vous',' dit Leo et Hans a obtenu un pigeon gratuitement qui porte maintenant le nom de 'Le Cadeau'. Il reproduit mieux que tous les pigeons que Hans a acheté.

ELEVER

Cela concerne les reproducteurs, soit dit en passant, c'est toujours le cas. X (province d'Anvers) est l'une de ces personnes qui sont devenues célèbres en un temps relativement court. Toute sa vie, il a eu des pigeons et de bons pigeons, mais il a toujours dû faire attention à l'argent. Jusqu'à ce qu'il commence à se faire un nom et commence à vendre des pigeons. D'abord pour des montants modestes, mais déjà pour beaucoup plus que ce qu'il n'avait jamais osé rêver. Mais quand il a été découvert à l'étranger, l'argent a afflué en masse. Ce que X a alors fait fut complètement stupide, mais peut s'expliquer pour quelqu'un qui avait connu la pauvreté la moitié de sa vie. Il a continué d'élever jusqu'en septembre. Une tournée après l'autre. Jusqu'au moment où il put à peine élever un jeune correct parce qu'il avait brisé ses reproduteurs. Et c'était entièrement de sa faute !

PROBLÈME DE SÉLECTION.

Sélectionner un jeune n'est pas une option pour certains parce qu'ils en parlent à peine. C'est un problème (de luxe) pour les amateurs qui ont tout joué et un problème tout aussi important pour ceux qui ont eu du mal à faire revenir leurs jeunes au colombier.

Personnellement, j'ai eu de mauvaises expériences avec des jeunes qui avaient gagné beaucoup de prix, mais toujours seulement des prix. Ils ne sont jamais devenu des bons. Ceux avec qui j'ai de meilleures expériences, sont les jeunes qui ont gagné moins de prix, mais qui étaient en avance avec le vent pour et la fois d'après avec le vent contre.

Le moins que l'on puisse demander, c'est que les jeunes viennent d'un élevage en bonne santé. Parce que même avec des jeunes en bonne santé, il est déjà difficile d'exceller

Posts à l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo Aviator's Loft - Racing pigeons - Pigeons voyageurs - Colombophilie - Beyers - Alimentation pigeons voyageurs - Racing pigeons food
PIR3 logiciel de Gestion de colombier
PIGEN pigeon genetique
mapp.jpg