Réflexions sur l'Haemoproteus Columbae

28 Dec 2018

Réflexions sur l'Haemoproteus Columbae

Dave Shewmaker

Trad. M.Maindrelle

 

 

La plupart des amateurs sérieux savent qu’une santé parfaite est une condition indispensable à une excellente performance de vol. Alors que les oiseaux malades donnent souvent l’indication visuelle d’un problème, les problèmes de santé peuvent exister chez des pigeons qui semblent être en parfaite forme. C’est pour cette raison que de nombreux bons amateurs  font régulièrement (ou font faire ) un examen vétérinaire au microscope des prélèvements de jabot et des fientes. Ces examens peuvent révéler la présence de parasites pouvant influer sur le bien-être et les performances des pigeons. Bien que cette pratique soit excellente, il existe un troisième secteur où il peut exister des parasites que nous pouvons et devrions également tester régulièrement: le sang.

J'ai longtemps pensé que l'un des problèmes fondamentaux à l'origine des lourdes pertes subies par de nombreux joueurs dans les clubs et dans les One Loft (OLR) était dû à divers problèmes de santé. Récemment, j'ai rapporté après la fin de la saison deux oiseaux que j'avais engagés dans un OLR. Ce OLR en particulier avait connu des problèmes de santé et des mortalités importantes très tôt déjà avant l’entraînement sur la route. Une fois la population du colombier stabilisée, les survivants ont subi un entraînement assez réussi et une série de 3 courses. Je dis "assez réussi" parce que les résultats reflétaient ce que nous voyons dans beaucoup de One Loft - des pertes constantes tout au long des entraînements et des premières courses et des vitesses de course plus lentes pour beaucoup (mais pas tous) des pigeons lors de la dernière course, la plus longue. Un de mes pigeons avait bien volé, l'autre avait bien commencé mais est devenu une déception constante sur la fin de la saison.

J'ai fait effectuer par un laboratoire un test pour Haemoproteus columbae, un parasite protozoaire propagé par la mouche du pigeon. La maladie est communément appelée paludisme chez le pigeon. Le parasite finit par se retrouver dans le sang et affecte la capacité des oiseaux à concourir. Dans les cas extrêmes, ils deviennent tellement anémiques qu'ils ne peuvent plus faire la volée, mais dans des situations moins graves, ils voleront, mais se perdront ou seront beaucoup plus lents que d'habitude en concours. Plus la course est longue, plus l'impact du parasite est important. Sauf en cas d'anémie extrême, les pigeons ont l'air parfaitement bien. Une fois qu'un sujet est infecté, c'est généralement pour la vie. Le système immunitaire peut exercer un certain contrôle, mais en cas de stress, des poussées peuvent se produire. Cette condition ne se présente normalement pas autant dans les climats froids, mais elle semble être de plus en plus fréquente dans des zones géographiques plus vastes. Donc, en Californie et en Floride, elle est probablement répandu, mais il ne faut pas en déduire que cela ne se produit pas dans les autres États. Le temps plus chaud et le transport de pigeons à grande échelle pourraient changer les zones où cela joue un rôle.

Comme vous pouvez le deviner, mon pigeon très performant a donné un résultat négatif à Haemoproteus columbae et le moins performant a montré un nombre important d’Hemoproteus columbae sur le frottis sanguin lorsqu’il fut examiné au microscope (après une procédure de coloration particulière).

 

 


Des conclusions?

1) Si vous voulez vraiment connaître la santé de votre colonie, il est indispensable de procéder à des tests réguliers (jabot, fientes, sang).


2) Je ne suis pas sûr de la source de l'infection de mon pigeon puisque je n'ai pas fait de frottis sanguin sur mes engagés avant de les envoyer au OLR. À l’avenir, ce sera une nouvelle étape de ma procédure OLR (tests sanguins chez les éleveurs lors de l’accouplement et tests sanguins chez les candidats au OLR). Pas judicieux d'envoyer un oiseau qui est connu pour être infecté. Je fais un bon travail de gestion des parasites dans mes colombiers et malgré cela j’ai déjà vu cette infection une fois dans mon colombier (acquis, je le soupçonne, dans le panier de transport). Mon point est que même sous bonne gestion cette condition peut survenir, alors soyez vigilant.


3) Le contrôle des mouches du pigeon est essentiel dans les zones où le paludisme est possible. Ceci est particulièrement important dans les courses de club et de groupement (où il y a plusieurs colombiers) où les oiseaux sont mélangés dans les paniers d'expédition. Il suffit simplement d'une mouche sur un voyageur pour infecter les autres dans le panier d'expédition.


4) Cet exemple explique raisonnablement pourquoi ce OLR en particulier a pu subir des pertes et des vitesses plus faibles. Je ne dis pas que c'est la même cause pour chaque OLR qui rencontre des problèmes de perte et / ou de performance.

 

C’est un bon exemple de la manière dont nous devons approfondir la compréhension de ces pertes. Il doit y avoir des raisons et une fois que nous les comprenons, nous pouvons prendre des mesures pour atténuer ces complications.

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags