Suppléments vitaminiques

28 Jan 2019

Suppléments vitaminiques
Par le Dr Colin Walker

BSc, B.Sc.V., MRCVS, MACVSc (santé aviaire)

trad. M.Maindrelle

 

 

 

 Les Vitamines - Quelles sont-elles?


Les vitamines sont des composés chimiques qui sont des composants naturels des aliments. Trouvées en quantités infimes, elles sont essentielles pour le métabolisme normal et la santé. Elles sont divisés en six groupes (A, B, C, D, E et K). Dans ces six groupes principaux il existe plusieurs sous-types différents. Chaque groupe a son propre jeu de fonctions et lorsque les vitamines sont déficientes dans le régime alimentaire elles entrainent leur propre ensemble de symptômes caractéristiques de carence. L'effet sur le métabolisme est proportionnel au niveau de la carence en sorte que, lorsque la carence est légère, les symptômes sont vagues et non spécifiques, tels que les mauvaises performances ou une santé compromise.

Les vitamines ne sont généralement pas fabriquées par le corps en quantités suffisantes pour répondre aux besoins et doivent donc être apportées en tant que source alimentaire.

Les six groupes de vitamines sont divisées en deux types de base. Les vitamines hydrosolubles (B et C) ne sont pas stockées dans l'organisme et ainsi tout déficit tend à avoir rapidement un effet. Les vitamines liposolubles (A, D, E et K) sont bien stockées dans le foie et ainsi l'apport quotidien est moins vital.

Les vitamines - Que font-elles?


Chaque vitamine a son propre ensemble de fonctions.

 

La vitamine A est nécessaire pour une peau et des muqueuses, c'est à dire la muqueuse de la bouche, des sinus et du cloaque, etc... saines.

 

La vitamine B est en fait un grand groupe de plus de 12 composés différents, par exemple, de la thiamine (B1), riboflavine (B2), niacine (B3), la choline (B4), l'acide pantothénique (B5), pyridoxine (B6), etc... Elles remplissent de nombreuses fonctions vitales. Comme elles sont solubles dans l'eau, la carence se développe rapidement si les oiseaux ne mangent pas.

 

La vitamine C est un régulateur métabolique. Dans la plupart des espèces d'oiseaux granivores, dont les pigeons, la vitamine C est synthétisée dans le foie et il n'y a aucun avantage à sa supplémentation à moins que l'oiseau ne devienne affaibli et n'est alors plus en mesure de faire suffisamment de vitamine C, surtout si le foie est endommagé.

 

La vitamine D est nécessaire à l'absorption du calcium par l'intestin. Les oiseaux peuvent faire leur propre vitamine D si ils ont accès à la lumière.

 

La vitamine E régit de nombreux processus métaboliques normaux au sein de la cellule.

 

La vitamine K est nécessaire à la coagulation du sang. Elle se trouve dans les plantes vertes et peut être produite par la population bactérienne normale dans l'intestin des pigeons. Il est en effet assez difficile de produire une carence en vitamine K à moins que les antibiotiques aient été surexploités et aient tué toutes les bactéries de l'intestin ou quand les oiseaux ne peuvent manger leurs excréments ou que des probiotiques ne sont pas utilisés.

Tout en équilibre


En plus de l'existence d'un niveau adéquat de vitamines dans l'alimentation, il est important qu'elles ne soient pas données en surdose. Par exemple, une surdose de vitamine A interfère avec l'absorption de la vitamine E et de la vitamine D3. En cas de surdosage extrême, 20 à 100 fois la dose recommandée, la vitamine A peut causer une perte de poids, une diminution de l'apport alimentaire, une inflammation de la bouche et des paupières ainsi qu'une diminution de la solidité des os.

Il est également important que les vitamines soient données dans la bonne proportion les unes par rapport aux autres. L'exemple le plus évident d'une interrelation entre les vitamines est l'effet de l'absorption des vitamines liposolubles dans lequel un excès de l'une diminue l'absorption des autres en raison de la concurrence pour les sites d'absorption au niveau de la paroi de l'intestin. Pour cette raison, il est nécessaire que toutes les vitamines liposolubles puissent être contrebalancées par rapport aux autres pour assurer l'absorption adéquate de toutes. Certaines vitamines interagissent directement dans le métabolisme de certains composés. Cela signifie que s'il ya une carence dans l'une, cela conduira à une augmentation des dépenses pour les autres. En revanche augmenter la supplémentation d'une vitamine peut signifier que l'une des autres est proportionnellement faible et donc insuffisante.

Les vitamines peuvent non seulement interagir les unes avec les autres mais aussi avec d'autres substances comme les acides aminés (les blocs de construction issus des protéines) et des minéraux. La relation la plus significative entre les vitamines et les minéraux est la relation entre le calcium, le phosphore et la vitamine D3. Il est obligatoire que la vitamine D3 puisse être disponible de façon adéquate pour permettre l'absorption de ces deux minéraux. Des niveaux de vitamine D3 insuffisants dans l'organisme peuvent entraîner des symptômes de carence en calcium dans un régime par ailleurs en suffisant en calcium. À l'inverse, trop de vitamine D3 peut provoquer une absorption excessive d'une alimentation normale. Un autre exemple est la relation entre la vitamine E et le sélénium. Ces deux éléments font essentiellement le même travail. Si l'un est déficient l'autre peut compenser la différence. La même chose se produit avec la vitamine niacine et l'acide aminé tryptophane. Si il y a beaucoup de tryptophane dans l'alimentation alors moins de niacine est nécessaire.

Les vitamines sont également affectées par les niveaux de protéines et de graisses dans le régime alimentaire et d'autres composants alimentaires. Par exemple, un régime riche en protéines conduit à l'augmentation des besoins de certaines vitamines du groupe B tandis qu'un régime faible en graisses/amidon induit une demande accrue de thiamine.

Grain


Idéalement, un régime alimentaire de grains contenant une grande variété de céréales complétées par du grit et des minéraux doit fournir une alimentation équilibrée.

 

Cependant une attention particulière doit être portée dans le choix du mélange de céréales. Non seulement la qualité et la fraîcheur de chaque type de grain sont importantes mais aussi du type de grain choisis et sa proportion par rapport aux autres céréales.

Le fait est que les régimes de graines sèches sont très pauvres en nutriments divers, y compris les vitamines, les niveaux réels étant déterminés par des facteurs comme les conditions climatiques pendant la croissance et la récolte et également le sol dans lequel le grain pousse. En l'absence d'essais réels, l'éleveur ne peut pas savoir si les oiseaux ont une déficience subtile qui pourrait avoir une incidence sur la forme de course ou la santé en général.


Les grains peuvent contenir une variété de substances potentiellement dangereuses comprenant:


des facteurs anti-nutritionnels - Certaines substances contenues dans le grain inhibent effectivement la libération des éléments nutritifs à l'oiseau. Certaines de celles-ci agissent en interférant avec l'action des enzymes digestives. Une commune inhibe la trypsine, l'enzyme digestive, qui digère les protéines. Bien que trouvée dans de nombreuses céréales, elle est particulièrement élevé dans les légumineuses et en particulier dans les pois. L'ingestion d'une alimentation riche en céréales contenant cet inhibiteur enzymatique de la digestion entraine une carence en protéines car la trypsine est bloquée. D'autres céréales, notamment le millet, contiennent du tanin. Le tannin rend le millet brun et amer. C'est pourquoi les pigeons ne mangent pas volontiers le millet brun.Le tannin bloque également l'action des enzymes digestives et, incidemment, réduit également la disponibilité du fer et de la vitamine B12.

antivitamines - Certains aliments contiennent des substances qui décomposent effectivement les vitamines que le régime pourrait contenir. Une enzyme présente dans le poisson, appelé thiaminase, détruit la thiamine (vitamine B1). Cette thiaminase se trouve en grande quantité dans l'huile de foie de morue qui est encore couramment utilisée comme supplément par certains éleveurs. Bien que l'ajout d'une huile pour les oiseaux sur le grain est un bon moyen d'augmenter sa teneur en énergie, les pigeons n'ont jamais évolué pour digérer les graisses animales (en particulier à partir du foie d'un poisson écrasé), et des huiles de graines comme l'huile de germe de blé, devraient toujours être utilisés de préférence.

toxines contaminantes - En dehors des toxines végétales naturelles, telles que les alcaloïdes et les lectines, les graines peuvent également être contaminées par des métaux lourds (tels que le cuivre utilisé dans de nombreux insecticides), et des toxines fongiques.

La supplémentation?


Les pigeons confinés tels que les reproducteurs n'ont pas la possibilité de picorer à l'extérieur. Ceci permet à l'oiseau de se nourrir de façon sélective et de compléter son alimentation lorsque l'équilibre nutritionnel de l'alimentation est inadéquat. Les oiseaux sont donc tributaires de leur propriétaire qui doit leur fournir une alimentation complète et équilibrée. Ceci place une lourde responsabilité sur le régime alimentaire qui doit apporter les vitamines adéquates dans un juste équilibre les unes avec les autres. Toutes les graines varient selon le niveau et la variété des vitamines qu'elles contiennent. Il est donc inconcevable qu'une alimentation de graines sèches basée sur un petit nombre de variétés fournissent l'ensemble des besoins en vitamines des pigeons. Dans le colombier de reproduction il est important de se rappeler que des micronutriments et des vitamines comme la riboflavine se retrouvent dans l'œuf. Cela est nécessaire pour l'éclosabilité maximale et la vitalité des jeunes fraîchement éclos. D'une façon intéressante l'âge de l'oiseau reproducteur semble avoir une influence sur l'efficacité du passage des vitamines dans l'œuf ce qui pourrait faire partie de la raison pour laquelle certains colombophiles remarquent que la plupart de leurs meilleurs pigeons de course sont élevés hors des plus jeunes reproducteurs.

Les pigeons de course dans de nombreux colombier qui ont la possibilité de sortir picorer dans le jardin , cependant, sont en fait moins susceptibles de manquer de vitamines, mais aussi de souffrir d'une carence nutritionnelle générale en raison des exigences en vitamine accrus associés à l'effort, la réparation des tissus et la résistance aux maladies. En plus de cela, les pigeons passent un temps considérable lors de la saison des concours loin du colombier dans les paniers de course où les modes d'alimentation sont perturbés, étant différents de ceux qu'il trouve dans leur colombier. Parfois, les repas sont sautés, comme dans toutes les courses d'un jour et chez les oiseaux qui arrivent tardivement.

En plus de l'entretien de routine les pigeons dans un certain nombre de situations de maladies bénéficient d'une supplémentation. Il s'agit notamment de:

Les maladies qui endommagent les intestins, comme la coccidiose, qui réduit l'absorption des nutriments.

Les dommages causés aux tissus qui peuvent augmenter les besoins pour la guérison.

L'activation du mécanisme de réponse immunitaire peut aussi augmenter les besoins, quelque chose de particulièrement important chez les pigeonneaux récemment sevrés.

Certaines vitamines sont stockées dans le foie et des dommages de cet organe peuvent réduire sa capacité à stocker et à mobiliser des vitamines.

L'ingestion d'aliments réduite en raison de la maladie tend à réduire la disponibilité des vitamines à un moment où la demande augmente.

La demande en vitamines augmente généralement pendant la croissance, la reproduction, le stress, la maladie et le vieillissement.

Choix des suppléments


Les vitamines hydrosolubles sont un moyen pratique et efficace d'améliorer l'apport de vitamines à des moments précis où la demande est accrue. Différentes espèces exigent différents niveaux de nutriments. En raison de problèmes liés au sur-ou au sous-dosage et de la nécessité pour tous les nutriments d'être dans le juste équilibre, il est plus judicieux de donner un produit fabriqué spécifiquement pour les pigeons et de suivre les instructions de dosage du fabricant. Ne pas faire cela est tout simplement jouer avec le feu et n'a franchement aucun sens. Utiliser un produit conçu pour un cheval ou un chien sur un pigeon impliquerait que le métabolisme de ces animaux est le même. Ce n'est évidemment pas vrai et donner un produit pour chien à un oiseau résulte immédiatement à donner trop ou trop peu de cet élément nutritif.

 

Cependant, avec les suppléments multi vitamines / minéraux maintenant disponibles pour les pigeons, leur utilisation correcte protège les oiseaux d'une carence en éléments nutritifs qui peut compromettre leur santé et dans les suites leur performance en course. J'ai l'habitude de recommander l'ajout d'un supplément multi vitamines / minéral à l'eau de boisson une ou deux fois par semaine en gestion de routine.

 

Dr. Colin Walker BSc. BVSc. MACVS (Avian Health)

Melbourne Bird Veterinary Clinic

Australia

Please reload

Posts à l'affiche

Empoisonnements

May 22, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

May 22, 2020

April 29, 2020

Please reload

Rechercher par Tags