L'histoire de Huyskens van Riel (5° & fin)

L'histoire de Huyskens van Riel (5° & fin)

Ad Schaerlaeckens

Trad M.Maindrelle

LE JEU (MÉTHODES)

Huyskens van Riel n'a jamais prêté attention aux concours de pigeonneaux. Et quand ils ont fait courir leurs jeunes ils n'ont jamais attaché d'importance aux résultats. Quant au jeu des femelles, la même chose peut être dite, ils s'en fichaient. Dans leur top année de 1949, ils jouèrent les premières courses au nid sur un jeune, et ce n'est qu'à la fin du mois de mai qu'ils mirent les mâles au veuvage, à partir du concours d'Orléans (environ 420 km). Ils ne voyaient pas l'intérêt de les jouer comme veufs plus tôt.

Bien sûr, il va sans dire que des rumeurs circulaient en spéculant qu'ils donnaient quelque chose à leurs pigeons, des dopants naturellement. Sans doute, parce que le frère de Huyskens était pharmacien. A la fin des années 40, on parlait d'une pilule disponible réputée pour faire des merveilles. Par hasard, il y avait un pigeon dans le colombier, le '15' qui était le frère du nid du célèbre '16' et qui ne valait vraiment rien au voyage. Lors d'un week-end particulier, toute l'équipe des veufs fut engagée sur un concours de demi-fond, à l'exception du «15». Il dû voler sur Quiévrain «pour sa vie», voler tôt ou partir. Ils voulaient essayer la pilule miraculeuse sur le '15', car il n'y avait rien à perdre « Essayons la pilule sur lui », raisonnèrent-ils. Pour la première fois de sa carrière, le '15' n'a pas seulement gagné un prix mais il a remporté. Ce résultat fit que le sujet de pilule fut mis sur la table par les partenaires. Mais, que s'est il passé? Jef pensait que son partenaire avait donné la pilule au '15' mais Frans pensait que c'était Jef qui avait donné la pilule. En fait la boîte contenant les pilules merveilleuses était restée intacte sur la cheminée. Ils discutèrent souvent à 'den Donk' à propos de l'incident. Supposons que le '15' ait reçu une pilule. De ceci on devait être en mesure de tirer quelques conclusions. (Ce n'est pas la pilule qui gagne la course, ce sont les pigeons)

SUITE

Une question fréquemment posée était la suivante: les Huyskens van Riel sont-ils restés si forts du fait de l'absence de concurrence de qualité? J'ai devant moi un résultat de Quievrain qui fut joué le 30 juin 1935. 519 pigeons ont pris l'avion et il y avait un fort vent du nord-ouest. Jef van Riel a gagné les 2, 3, 4, 5, 6 etc. Ils ont été constaté à : 9.37.48 heures, 9.38.01 heures, 9.38.11 heures, 9.38.16 heures 9.38.21 heures. C'était 5 pigeons en 33 secondes. C'était en 1935! Van den Broucke de Weerd (c'est-à-dire Piet de Weerd) acheta alors le fameux «Steek», fils du «Boerinneke», qui produisit pour eux de nombreux excellents pigeons.

Comme mentionné précédemment, de Scheemaecker a également acheté quelques pigeons chez Huyskens van Riel. A l'époque le pigeon de Scheemaecker était «de Reiger» et «het Bang» et tous deux étaient des petits-enfants de «Boerinneke». Amandus van Broekhoven dans les années 60 avait alors son fameux« Baard ». Il a été élevé de pigeons de Rik Kerremans et Jef de Wetter, qui n'avaient rien d'autre que des pigeons de Huysken van Riel dans leurs pigeonniers. Joske Smits de Zandhove en 1963 a acheté une série d'oeufs chez Amandus van Broekhoven. Peu de temps après, il était l'un des meilleurs amateurs de Belgique. Smits était de bon ami avec Stan Raeymakers et Jef Houben, avec lesquels des pigeons étaient échangés. Le résultat fut qu'ils devinrent tous les trois meilleurs.

TOUT SEUL

En 1956, Huyskent a fait savoir à Jef van Riel qu'il avait atteint le point de saturation avec le sport colombophile, qu'il en avait assez et voulait quitter le partenariat. Non qu'il y ait eu une tension entre eux deux, Huyskens en avait juste assez. Van Riel ne l'a pas pris trop mal car il pensait déjà depuis quelque temps à jouer seul. Il a repris les pigeons et le colombier, et même la maison de Huyskens et ... a décidé d'arrêter peu de temps après. Tous les pigeons ont été vendus.

La nouvelle frappé le monde colombophile La colonie la plus célèbre du monde a été vendue aux enchères en deux ventes, une en janvier et la seconde en février 1957, à Bruxelles et à Anvers. Au total, 142 vieux vieux ont été vendus pour 453.238 francs. Les jeunes ont rapporté 335.592 francs, soit 788.830 francs au total. Ce sont des francs belges. Nous pouvons seulement nous demander, combien cela ferait il en prix d'aujourd'hui? Mais, le rideau final n'avait pas encore été baissé. Jef était hors du sport depuis environ un an quand il reçu un appel téléphonique de Stevens van Moer de Malines. Van Moer avait acheté quelques-uns des pigeons les plus chers lors de la vente totale, et voulait savoir si Van Riel avait le désir de racheter ses propres pigeons. » Le cœur de Jef battait plus vite, et avec ses fils, ils se dirigeaient vers Malines.

Leurs propres pigeons ont été jugés et approuvés, et les paniers ont été chargés. Les pigeons ont été divisés entre les fils de Jef, Francois et Georges, et tous deux furent compétitifs pendant de nombreuses années. Mais le chapitre de Huyskens van Riel était bien fermé sauf pour une exception. À ce jour, ils parlent encore de la combinaison de «Hubrechts van Riel». Hubrechts était le beau-fils de Jef van Riel et le directeur du «Koffiehuis» mentionné précédemment à Anvers. Sur un concours de Poitiers en 1964, la nouvelle combinaison a remporté un résultat énorme: onze pigeons inscrits et dix prix débutant avec le premier prix. Le vainqueur était issu des vieilles lignées obtenues du fils Georges, un pigeon qui avait été adduit dans différents différents colombiers au moins 5 fois.

Et puis ... l'histoire de Huyskens van Riel s'est terminée fut inscrite dans les annales de l'histoire du sport colombophile.

SOUVENIR

Dans la salle de la villa du fils de Georges (Zandhoven) était accroché un grand tableau avec quatorze pigeons. Chaque visiteur qui s'arrêtait involontairement devant le regardait. Georges a souvent dû expliquer pourquoi il était là. «Ce sont les pères des quatorze pigeons qui ont remporté le concours national de Libourne en 1949», leur expliquait Georges. Au regard pensif dans ses yeux, vous pouviez voir qu'une fibre sensible avait été touchée. Ces beaux écaillés avec ces vols blancs peints sur toile appartiennent au passé, mais le souvenir demeure. Souvenirs de, peut-être, les meilleurs et les plus célèbres Champions que le sport colombophile ait jamais connu.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo Aviator's Loft - Racing pigeons - Pigeons voyageurs - Colombophilie - Beyers - Alimentation pigeons voyageurs - Racing pigeons food
PIR3 logiciel de Gestion de colombier
PIGEN pigeon genetique
mapp.jpg