Quelle est la différence entre les probiotiques, les prébiotiques et les antibiotiques?

Quelle est la différence entre les probiotiques,

les prébiotiques et les antibiotiques?

Dr Wim Peters

© Traduction Martial Maindrelle

Les Probiotiques se nourrissent des prébiotiques et les antibiotiques tuent les probiotiques (Comme nous le savons tous, la mort commence dans l'intestin.)

Les antibiotiques sont des substances chimiques qui ont la capacité d'inhiber la croissance ou de détruire certaines bactéries et autres micro-organismes. Initialement, ils étaient tous produits par d'autres micro-organismes (par exemple, les moisissures). Une fois identifiés, ils purent être, et certains le sont, produits synthétiquement ou semi-synthétiquement. Par exemple, le chloramphénicol était initialement d'origine naturelle, mais il est maintenant entièrement produit synthétiquement. (D'autres agents antibactériens comme les sulfamides et les nitrofuranes, par exemple le furazolidone, ont toujours été produits synthétiquement. Ces médicaments ne sont pas des antibiotiques, mais ils ont un effet antibactérien -.. Et des effets secondaires également )

Les antibiotiques sont administrés contre les bactéries pathogènes mais leur action est non discriminatoire; ils sont actifs contre toutes les bactéries - compris en généralité - et ne font pas la différence entre les bonnes (probiotiques) et les mauvaises (pathogènes). Les probiotiques sont des bactéries bénéfiques ou ''amicales'' de l'intestin. Le pigeon sain a une grande et complexe population de ces bactéries, qui interagissent entre elles et avec le pigeon hôte. Leur présence à l'intérieur de l'intestin du pigeon a des conséquences importantes et de grande portée.

Leur rôle dans le tube digestif du pigeon est d'aider l'oiseau à rester en bonne santé. Ceci est accompli de plusieurs façons. Les probiotiques ne sont pas une entité unique, mais se composent de centaines de différentes souches de bactéries qui peuvent toutes se comporter différemment. Même les différentes souches de la même espèce peuvent avoir leurs propres particularités en ce qui concerne leur activité. L'étude de l'activité probiotique en est à ses balbutiements, mais déjà quelques «moyens d'action» ont été identifiés. Tout d'abord, par leur seule présence physique, les bactéries probiotiques bloquent le site afin que les agents pathogènes ne puissent pas atteindre et se fixer sur la muqueuse de l'intestin avant la mise en place de leurs colonies. D'autre part, certaines des bactéries probiotiques (par exemple) sont des lactobacilles capables de stimuler la système immunitaire. L'immunité améliorée est vue dans:

- l'augmentation de l'activité des macrophages - l'augmentation de la production d'anticorps systémiques - l'augmentation des anticorps locaux au niveau des surfaces muqueuses, par exemple, la paroi intestinale. Troisièmement, les bactéries probiotiques préfèrent un environnement plutôt acide et pour atteindre cela fermentent les différents glucides en acide lactique. Les agents pathogènes, par exemple, Salmonella, E. coli et les levures, entre autres, n'aiment pas un environnement acide et par conséquent ne se fixent pas. Quatrièmement, ils aident la digestion et l'utilisation des nutriments en les cassant avec leurs propres enzymes et assurent donc une meilleure utilisation de l'alimentation en améliorant sa valeur nutritive. Enfin et c'est encore important, ils produisent des substances vitales, incluant les vitamines B et K. Il a été montré que la résistance des pigeons à la paratyphose diminue parallèlement au nombre de souches de bactéries protectrices dans le mélange probiotique qui leur est fourni. Toutes les bactéries bénéfiques ne vont pas coloniser l'intestin et il est donc important de fournir une aussi grande variété que possible de probiotiques différents et ce à intervalles réguliers. Il est également important de se rappeler que les mélanges probiotiques sont des organismes vivants. Ceci impose que les désinfectants ne soient pas utilisés et qu'une eau chlorée ne soit donnée. (La plupart des eaux municipales en Afrique du Sud sont chlorées, mais la laisser au repos va permettre au chlore de se dissiper. Le chauffage de l'eau permet d'accélérer le processus.) Une preuve pour la protection supplémentaire offerte par les probiotiques est notée:

- lorsque des animaux libres de germes sont comparés à des animaux conventionnels, les premiers ont moins de résistance aux maladies. - Lorsque les antibiotiques oraux et des agents antibactériens sont administrés à des animaux, ils ont moins de résistance aux maladies (!!!) -la résistance des animaux à la flore déficiente est rétablie quand ils sont reçoivent une suspension fécale à partir de spécimens sains de l'espèce. La Litière profonde ( méthode des fientes sèches ) est elle une bonne source de probiotiques? Que dire alors de litière profonde? Les pigeons logés sur une litière profonde sèche apparaissent très souvent en santé, forts et en excellente condition physique. Quelle en est l'explication et peut-être est-il préférable de garder les pigeons sur une litière profonde, par opposition à un nettoyage régulier quotidien ou biquotidien? Les pigeons qui sont tenus sur litière profonde picorent cette litière et certains ingèrent des fientes sèches sous forme de poudre. De cette façon, ils se chargent continuellement de bactéries fécales – ce qui est l'équivalent de se charger en probiotiques. Alors, pourquoi ce type de gestion est-il déconseillé? Lorsqu'ils picorent les fientes sèches les pigeons prennent également des organismes indésirables ou des œufs de vers qui peuvent se trouver dans celles-ci. De nombreuses maladies ou une infection par les vers peuvent en résulter. Dans les zones où la mouche du pigeon (espèce Pseudolynchia) abonde, leurs oeufs peuvent également se trouver dans la litière sèche, où les larves vont croître en permanence et éclorent en mouches adultes. La lutte contre la mouche deviendrait presque impossible et la pseudomalaria pourraient devenir un problème persistant. Les prébiotiques sont des aliments ou des éléments nutritifs qui sont utilisés par des bactéries spécifiques (bénéfiques) qui peuvent être ajoutés aux matrices pour augmenter les chances que ces bactéries particulières croissent et se développe dans l'intestin; en d'autres termes, les prébiotiques sont de la nourriture pour les probiotiques. La relation symbiotique qui existe naturellement entre les bactéries saprophytes dans le jabot et dans le pigeon est détruite lorsque le colombophile donne des antibiotiques à ses pigeons. Certains des probiotiques, ceux résistantes à l'antibiotique, vont survivre, mais la variété et la concentration de la population bénéfique diminue considérablement; l'ensemble du système a été mis dans la tourmente, laissant les défenses contre les salmonelles, les coliformes, les levures et d'autres agents pathogènes très réduites. Il est donc avisé de remplacer les bactéries dès que possible une fois que le traitement antibiotique est terminé. Le remplacement, qui peut être réalisé avec de nombreux produits probiotiques commerciaux, doit être poursuivi pendant un certain temps, du fait que le nombre de bactéries qui survivent à l'environnement intensément hostile de l'acide chlorhydrique dans l'estomac et des autres sucs digestifs n'est pas si élevé que cela. L'effet des antibiotiques sur la performance et sur les probiotiques Les erreurs sur les médicaments, notamment les antibiotiques, abondent parmi les amateurs. Bien qu'il soit vrai que certains antibiotiques ont tendance à être plus concentrés dans certaines parties du corps, leur effet est centré sur les bactéries et non sur les organes. Un antibiotique ne doit donc pas être considéré comme bon pour un organe particulier, mais plutôt comme un agent actif contre les bactéries qui se surviennent généralement dans un tel organe. Tout ce qui est dit à propos des antibiotiques s'applique également aux autres agents antibactériens - par exemple, les sulfamides. Ils sont semblables, la principale différence étant que les antibiotiques ont été produits à l'origine par des micro-organisme (certains sont maintenant fabriqués synthétiquement) et les agents antibactériens sont purement synthétiques. L'usage des antibiotiques est de plus en plus fréquent dans les courses de pigeons. Parfois, l'utilisation des médicaments est justifiée, comme quand une maladie explicite est présente, mais de plus en plus souvent, ils sont donnés en raison de la croyance erronée que les antibiotiques sont une sorte de stimulant, permettant aux pigeons de voler au dessus de leurs capacités physiques naturelles. Ceci est une erreur, car il n'y a pas de médicaments (hormones stéroïdes inclus) qui permettront à des pigeons sains en forme de gagner des courses qu'ils n'auraient pas pu gagner autrement. (Les stéroïdes ont un effet pour retarder la mue et promouvoir ainsi une meilleure performance, comme un pigeon avec une aile complète fera mieux qu'un autre handicapé par le manque de plumes importantes dans l'aile pendant la mue. Ils ne permettront pas, cependant, d'améliorer la capacité de vol en soi.) Les antibiotiques peuvent, si on les donne correctement, aider l'oiseau à atteindre une santé maximale et par ce moyen d'améliorer les performances. Il y a beaucoup de conditions pathologiques qui empêchent les pigeons d'atteindre une excellente santé. Etant des sujets forts et résilients (la sélection par des décennies de concours a énormément aidé), les signes révélateurs de la mauvaise santé sont cachés sous un manteau de bien-être apparent et seulement les tests scientifiques peuvent révéler la vérité. L'œil exercé d'un amateur expérimenté détecte que quelque chose empêche la `Forme ', mais souvent l'amateur ne sait pas précisément ce qu'il en est. Quand ces oiseaux reçoivent le bon médicament en résulte une rafale de bonne santé, au cours de laquelle quelques concours peuvent être gagnés. Cela pas en raison des médicaments, mais de l'acquisition soudaine de meilleures conditions physiques. Si on le répète la semaine suivante, les résultats de la course sont souvent décevants. Tous les médicaments ont des effets secondaires et quand pigeons sains sont traités avec des antibiotiques ils sont handicapés, car aucun médicament n'est totalement inoffensif pour l'hôte. Bien que l'effet concentré soit dirigé contre les bactéries envahissantes, certains effets secondaires sont subits par l'hôte. Comment cela peut-il donc améliorer le potentiel de la course chez un spécimen en bonne santé? Les effets secondaires sont les suivants:

1. Les réactions peuvent se produire dans des systèmes spécifiques du corps. Le tractus gastro-intestinal, en particulier le foie et l'intestin, le tractus urogénital, les systèmes hématopoïétique (formation du sang) et nerveux peuvent connaître des épisodes idiosyncrasiques ( comportement particulier, propre à celui-ci, d'un individu face aux influences de divers agents extérieurs ) du fait de l'usage des médicaments. Inclues parmi ces réactions des manifestations d'hypersensibilité. 2. L'administration orale entraîne la suppression de flore bactérienne normale de l'intestin et peut conduire à la prolifération fongique si le traitement est donné sur de longues périodes. L'administration opportune de probiotiques peut empêcher que cela se produise. 3. La synthèse de la Vitamine B12 est inhibée chez les mammifères et peut conduire à une carence en vitamines. (Beaucoup de rongeurs et la plupart des herbivores dépendent de la fermentation bactérienne pour avoir une digestion normale. Les antibiotiques oraux peuvent être mortels pour ces espèces.) La population bactérienne intestinale normale des pigeons n'a pas été suffisamment étudiée et certaines controverses, se demandant dans quelle mesure les antibiotiques par voie orale seraient préjudiciables à des oiseaux, existent 4.L'utilisation constante des antibiotiques, en particulier en sous-dosage, peut favoriser le développement de la résistance bactérienne. Cela peut être une résistance chromosomique, qui est transmissible aux générations successives ou une résistance plasmidique déterminée, qui peuvent être transmises à d'autres bactéries non apparentées.

Dans la pratique, cela signifie que lorsqu'un amateur administre des antibiotiques à ses oiseaux pour promouvoir leur capacité de course, il peut stimuler la formation de résistances plasmidiques dans des bactéries non pathogènes. Ceux-ci sont capables de transmettre leur résistance acquise aux bactéries pathogènes et l'administration subséquente d'antibiotiques pour lutter contre l'organisme pathogène sera inefficace. (Je crois que cela a déjà eu lieu avec certaines bactéries, qui ont développé une résistance plasmidique aux tétracyclines.) Les pratiques ''intéressantes'' (dans l'observation desquelles les colombophiles sont avertis de ne pas tomber dans le même piège), suivies avec les antibiotiques, comprennent:

1. Les doses sont inconnues, ou si elles sont connues sont distribuées à tort, et en cas de défaillance, les médicaments et non les dosages sont blâmés (ou le vétérinaire et non l'éleveur - l'éditeur). Les dosages applicables à la volaille ou aux mammifères ne peuvent pas toujours être utilisées pour les pigeons. Ils appartiennent à une espèce différente avec des réactions différentes, et même si des résultats satisfaisants sont parfois obtenus, à d'autres occasions ils ne sont pas. 2. Après un traitement, la plupart des amateurs supposent que la maladie traitée a été éradiquée et les tests de post-traitement sont rarement réalisés. En l'absence de réponse au traitement, il est supposé que la maladie a été diagnostiquée à tort. Rarement sont remis en question la posologie ou le mode d'administration. Parfois, le médicament lui-même est déclaré inefficace. 3. L'efficacité du traitement est généralement mesurée par les positions obtenues dans la première course suivante. À tout le moins, une amélioration substantielle est souhaitée. Peu de temps est donné aux oiseaux pour se remettre du stress de la maladie ou des effets secondaires du traitement. De nombreux problèmes existent pour le colombophile qui essaie d'utiliser les antibiotiques correctement. Parce que le marché pour les antibiotiques utilisés en colombophilie est relativement faible, quelques laboratoires pharmaceutiques font la promotion de médicaments exclusivement pour une utilisation chez les pigeons. À quelques exceptions près, les médicaments utilisés par les amateurs sont issus des traitements pour les volailles ou d'autres industries animales. La posologie n'est pas toujours indiquée pour les pigeons, et souvent il n'est fait aucune mention des problèmes de maladies chez les pigeons. Peu de scientifiques ont une connaissance pratique des médicaments administrés pour les pigeons et bien que la situation s'améliore lentement, de vastes champs font encore l'objet de recherches. Les Colombophiles sont, concernant la connaissance pratique des dosages, limités aux amis avec plus expérience, les animaleries, les vendeurs, les pharmacies, essais et erreurs ou approximations aveugles. Considérant que les noms commerciaux des antibiotiques, des sulfamides, des nitrofuranes et d'autres médicaments diffèrent tous, une étude rapide révèlent que la plupart d'entre eux ont finalement le même principe actif . Ces innombrables mélanges et concoctions sont disponibles sous une large variété de noms commerciaux. Beaucoup d'entre eux sont importés par les animaleries et les revendeurs.

Pour protéger ses pigeons et obtenir un traitement efficace, l'amateur est obligé de lire et de reconnaître (mémoriser) les ingrédients. Bien que généralement sans danger, il y a peu d'intérêt à essayer le même médicament sous un nom commercial différent s'il était inefficace la première fois. Si le premier ne parvient pas à fournir un traitement efficace, les autres ont peu de chances de faire mieux. Essayer cela serait un gaspillage de temps, d'argent et d'efforts. Lire le nom de l'ingrédient actif sur l'emballage et pas seulement le nom commercial du produit. Beaucoup de produits avec des noms différents contiennent le même principe actif dans la même quantité. Dr Wim Peters Dans la nature, les antibiotiques sont produits par d'autres microorganismes - en particulier par des champignons. Les champignons produisent ces très forts poisons contre les bactéries dans le cadre de leur lutte pour la survie. Si vous utilisez les antibiotiques trop fréquemment, vous rendrez la vie facile aux champignons nocifs à l'intérieur du corps du pigeon. Note

Différents produits de probiotiques sont variables dans la qualité et la quantité des souches bactériennes intestinales utiles qu'ils contiennent. Si possible, nous devrions utiliser un produit qui comprend un certain nombre de souches différentes, et en plus, il est conseillé d'alterner entre les produits. La plupart des produits contiennent aussi des vitamines, et donc un dosage séparé des vitamines est impossible et ceci peut même être préjudiciable. Nous devons prendre des précautions particulières lors du stockage des probiotiques, comme une trop forte chaleur qui peut facilement les ruiner, tout comme l'humidité dans l'air.

* * * * *

Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, la culture de bactéries dans les fientes nous indique non seulement quels antibiotiques peuvent avoir un effet sur l'agent pathogène qui est présent, mais aussi quels antibiotiques n'auront pas un effet négatif sur les bactéries intestinales bénéfiques. Si nous sommes chanceux, nous pouvons trouver des médicaments qui détruisent l'agent pathogène, mais laisse en paix les résidents bienveillants des intestins, et cela va accélérer grandement la récupération des pigeons malades. Au-delà de cela, comme nos propres expériences et expérimentations l'ont montré, nous pouvons faire notre part pour aider notre chance. La méthode est facile. Lorsque nous partons chez le vétérinaire avec des oiseaux malades ou leurs échantillons de fientes dans une tube, nous devrions également prendre les probiotiques que nous utilisons normalement. Sur le chemin, nous devrions nous arrêter dans un magasin de produits laitiers et faire une sélection de différents yaourts naturels de bonne qualité contenant des cultures vivantes (par exemple, le yaourt caucasien, connu sous le nom de kéfir). Nous demanderons ensuite au vétérinaire, en plus de l'échantillon de fèces, de répandre un peu du probiotiques sur une autre plaque de culture, et une goutte de yaourt sur un troisième. Au moment où la sensibilité de l'agent pathogène aux antibiotiques est révélée, le probiotique et les bactéries bénéfiques du yaourt auront proliféré sur les deux autres plaques. En comparant les trois plaques, nous allons très probablement trouver un antibiotique qui a un effet sur l'agent pathogène, mais qui est toléré par les bactéries du yaourt et / ou le probiotique fabriqué en usine. S'il y a un tel antibiotique, alors - à la différence de la méthode usuelle - nous ne devront attendre la fin du traitement antibiotique pour donner des probiotiques (ou yogourt). (Figure 35.1, 35.2) Ceux-ci peuvent être donnés dès le premier instant, car la flore intestinale active et donc la digestion normale peuvent être maintenues largement tout au long du traitement antibiotique, ce qui est en soi déjà une victoire. Avec ce petit truc dans notre manche, le système intestinal des oiseaux malades peut être lancé dans le sens de la reprise en seulement quelques heures, et nous aurons souvent un pigeon entièrement sain entre nos mains le jour suivant. Il n'y a pas besoin d'expliquer pourquoi cela est particulièrement important dans le cas de jeunes pigeons, gravement malade, ou peut-être des pigeons de course.

Figure 35.1: streptocoques du foie. Nous pouvons voir que le chloramphénicol (C), enrofloxacine (ENR) ou la gentamicine, (CN) seraient le bon choix dans ce cas. (Photo: Zsolt Talaber, Hongrie)

Figure 35.2: Une culture probiotique à partir d'un produit fabriqué en usine. Le chloramphénicol (C) détruit ces bactéries bénéfiques, et l' enrofloxacine a un effet négatif également. Mais ces souches bénéfiques

ont une bonne résistance contre la gentamycine (CN). Donc, nous devrions choisir la gentamycine dans ce cas car elle détruit le streptocoques mais laisse les bactéries bénéfiques du probiotique intactes (Photo: Zsolt Talaber, Hongrie)

Nous pouvons insérer le yogourt naturel - non sucré - directement dans la culture (avec une seringue en plastique), mais nous pouvons aussi l'administrer mélangé avec un peu de céréales fourragères. Nous pouvons également l'ajouter à l'eau potable, mais nous devons d'abord le diluer dans de l'eau tiède et bien mélanger. Nous ne devrions pas utiliser le yogourt lors de l'administration de tétracyclines, en raison de son niveau élevé de calcium. Bien que les organismes utiles du yogourt ne colonisent pas très bien les intestins des oiseaux, nos expériences suggèrent que l'administration systématique de yogourt nature et de kéfir est très bénéfique. Astuce: Si vous utilisez régulièrement des probiotiques de haute qualité et des vaccins en suivant des lignes directrices professionnelles, vous ne croiserez votre vétérinaire qu'au pub. Nous devrions toujours utiliser des produits spécialement conçus pour les pigeons, mais il y a des occasions où l'agent nécessaire n'apparaît pas dans la pharmacopée spécialisée du pigeon, et nous n'avons donc d'autre choix que d'utiliser d'autres médicaments: principalement ceux conçus pour les poulets. Dans ce cas, il n'y a naturellement aucun dosage inscrit pour les pigeons sur l'emballage, mais la mesure spécifiée pour les poulets fournit un point de référence. Toutefois, nous devons éviter les pièges que posent l'adoption directe de ce dosage. Le dosage de la plupart des médicaments devrait vraiment être calculé au prorata de la surface corporelle, plutôt que du poids corporel, parce que cela est beaucoup plus précis. La surface du corps est ce qui sépare le pigeon du monde extérieur, à travers laquelle l'oiseau est pénétré d'une part et libère de nombreuses substances d'autres parts; En résumé c'est l'interface de contact avec son environnement. Cependant, la mesure de la dose par rapport à la surface corporelle est presque impossible car il est très difficile de calculer, et même de deviner, à quoi correspond cette interface. (Nous notons cependant que certains médicaments pour les chiens qui nécessitent un dosage très précis sont calculés et administrés avec cette méthode.)

Ainsi, dans le cas des pigeons, c'est le poids du corps que nous prenons en compte - le seul problème étant que le poids corporel n'est pas proportionnel à la surface corporelle, et ainsi la transposition de la posologie des poulets vers les pigeons peut conduire à des erreurs. Prenons un exemple simple! Si nous comparons un cube avec des bords de 2 cm avec un de 1 cm, on voit immédiatement que la masse du plus grande cube est 8 fois plus importante que celle du petit cube, mais que sa surface complète est seulement quatre fois plus grande: la surface augmente moins que le poids fait. La chose est vraie en sens inverse: si nous diminuons le poids, la surface diminue à un degré moindre. De ce fait, il en résulte que les organes plus petits ont une surface plus grande par rapport à leur poids.

Ceci est la raison pour laquelle les pigeonneaux perdent de la chaleur plus rapidement que les adultes: la plus petite quantité de chaleur produite par le plus petit corps est libéré dans l'environnement à travers une surface qui est relativement plus importante. Pour la même raison il peut résister à une forte chaleur: de façon relative, la surface pour libérer de la chaleur est plus grande. Nous pouvons également déduire de leur relativegrande surface corporelle que les jeunes doivent dépenser plus d'énergie à produire des plumes, et qu'il y a plus de surfaces pour permettre aux parasites de les attaquer. Ainsi, si la masse d'un pigeon de 500g est la moitié de celle d'un poulet d'un kilogramme, sa surface corporelle n'est pas la moitié, mais un peu plus, soit environ les deux tiers. Si le pigeon pèse 250g, le rapport poids-surface est encore plus déformée: par exemple, la surface totale de quatre pigeons de 250g, soit "un kilo" pour les 4 pigeons, est d'environ le double de celle d'un poulet d'un kilo. La conséquence logique de ce qui précède serait que le traitement des pigeons exige le double de la dose de celui de poulets. Juste pour rendre les choses encore plus compliquées, cependant, cela est seulement une généralisation, car pour certains pathogènes nous ne devons pas augmenter la dose. Nous devons toujours discuter du dosage avec le vétérinaire, pour éviter d'empoisonner toute la colonie ou de dépenser de l'argent inutilement. En général, le conseil serait que si le dosage pour les poulets est prescrit dans une certaine fourchette alors pour les pigeons nous devrions utiliser la dose la plus élevée autorisée. Par exemple, si la posologie prescrite pour les poulets est de 10-20 mg par kilogramme de poids corporel, dans le cas des pigeons nous devrions administrer 20 mg. Pour les espèces qui ont un grand corps (Kings, Mondains, etc.), nous pouvons choisir une dose de 15 mg. Astuce: si vous n'êtes pas un fervent supporter de la dose précise de médicaments, demandez à votre femme de mettre deux fois plus de sel dans votre souper que d'habitude pour voir.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo Aviator's Loft - Racing pigeons - Pigeons voyageurs - Colombophilie - Beyers - Alimentation pigeons voyageurs - Racing pigeons food
PIR3 logiciel de Gestion de colombier
PIGEN pigeon genetique
mapp.jpg