Antibiotiques et résistance aux médicaments

Antibiotiques et résistance aux médicaments

Dr Zolt Talaber

Trad. M.Maindrelle

Les antibiotiques sont des substances très puissantes à utiliser dans la lutte contre les bactéries. Ils tuent les bactéries ou empêchent leur prolifération. Pour débuter le sujet, cependant, il faut commencer par mentionner le fait que la résistance des bactéries aux antibiotiques, c'est-à-dire l'inefficacité des antibiotiques, croît à une vitesse alarmante. Cet état de fait est alarmant parce que cette observation est également vraie pour le domaine de la santé humaine - des souches bactériennes résistantes à pratiquement tous les antibiotiques existants se sont développées, et il n'est pas rare qu'elles provoquent une maladie grave ou la mort.

La situation est similaire dans les sciences vétérinaires et donc dans les soins apportés aux pigeons: la plupart des médicaments qui se vendaient comme des petits pains il n'y a pas si longtemps ont parfois au mieux un effet limité ou occasionnel. La cause de cette situation est l'utilisation d'antibiotiques alors que c'est inutile et/ou un usage qui ne respecte pas les règles de base. Nous faisons référence à «l'immunité» des bactéries contre des antibiotiques spécifiques comme résistance aux médicaments, ce qui signifie que l'antibiotique n'a plus aucun effet sur une souche de la bactérie en question. Cette résistance est génétique, et les bactéries issues de cette souche résistent également à l'antibiotique. Juste pour rendre les choses encore plus compliquées, il existe aussi ce qu'on appelle la résistance croisée, ce qui signifie que la résistance d'une souche de bactéries donnée s'étend automatiquement à d'autres antibiotiques de structure similaire. Il existe également une résistance naturelle, lorsqu'un antibiotique donné n'a aucun effet sur un type spécifique de bactérie, par ex. les dérivés de pénicilline sont inefficaces sur les mycoplasmes. Beaucoup plus important de notre point de vue est la résistance acquise, lorsqu'une souche particulière de bactéries devient immunisée contre un antibiotique qui était auparavant efficace.

C'est surtout nous colombophiles qui sommes à l'origine du développement de la résistance acquise lorsque nous administrons l'antibiotique pour une mauvaise durée. (Avec un soupçon d'ironie, nous pourrions également dire qu'il a fallu un long travail d'élevage pénible et fatigant pour développer des souches de bactéries capables de se moquer de tous ou presque les antibiotiques, ce qui est également vrai pour les humains: 'L'Amoxicilline pour un rhume par exemple' ) Un traitement antibiotique qui dure pendant un jour ou deux ne supprime pas tous les agents pathogènes du système, mais parmi les bactéries qui survivent la proportion de bactéries résistantes augmente. Car le médicament n'a aucun effet sur elles, et donc elles continuent joyeusement à se multiplier, tandis que le médicament est efficace contre les autres bactéries encore sensibles, ce qui induit que la proportion de bactéries non résistantes est réduite. Et si le traitement est trop bref, ces dernières ne diminuent qu'en nombre, elles ne disparaissent pas toutes, et le système immunitaire ne peut donc pas porter toute son attention sur les résistantes: son pouvoir est divisé, il s'épuise prématurément, et ainsi la récupération reste incomplète. Ainsi malheureusement le pigeon continue d'être porteur de bactéries. Comme «l'immunité» des bactéries résistantes ( profitant d'une dominance croissante dans le système du pigeon ) est transmise aux bactéries filles, à chaque nouveau traitement de durée inadéquate, la proportion de bactéries résistantes au médicament augmente - et donc, à plus ou moins brève échéance, toute la souche deviendra résistante. Le développement de souches résistantes peut également survenir quand la dose de l'antibiotique utilisé est plus faible que nécessaire, c'est-à-dire dans le cas d'un sous-dosage. Si une souche résistante infecte un autre pigeon ou une autre colonie, il est trop tard pour utiliser l'antibiotique en question, même si c'est pour une période prolongée. Comme le nombre d'antibiotiques est limité et que les souches de bactéries sont capables de développer une résistance multiple (c'est-à-dire une résistance à plus d'un antibiotique), des souches sont apparues au cours des années qui ne sont sensibles à aucun antibiotique actuellement utilisé!

Par conséquent, il est très important que nous administrions continuellement l'antibiotique à la dose prescrite et pendant la durée prescrite. La durée correcte du traitement varie énormément, en fonction de la maladie et de l'antibiotique utilisé.

En général, nous pouvons dire que la période minimale pour un traitement antibiotique est de trois jours (consécutifs!). Ceci est vrai même si nous n'utilisons le médicament que de manière "préventive" (pour détruire les bactéries qui se cachent dans le système du pigeon pour éviter qu'elles se propagent plus tard).

De nos jours, cependant, un traitement de trois jours n'est généralement pas suffisant. Pour les salmonelles au moins une semaine est recommandée, mais beaucoup conseillent un traitement continu de 10-14 jours. Dans le cas de l'ornithose ( causée par les chlamydias ) une période de traitement encore plus longue peut être nécessaire, aussi longtemps que trente jours!

Remarque Sans trop creuser dans le mystère de la génétique, il convient de mentionner que la résistance de chaque bactérie est le résultat d'une mutation aléatoire (ou d'une conjugaison, ou d'un bactériophage porteur du gène de résistance). D'une part, la possibilité d'évolution d'un micro-organisme résistant est très faible; d'autre part, il n'est pas influencé par nous (et les médicaments que nous utilisons). Nous sommes cependant responsables si, par une utilisation incorrecte des antibiotiques, nous aidons la prolifération de ces bactéries, qui autrement ne sont présentes qu'en petit nombre dans le système, et les souches résistantes qui se développent qui se répandent ainsi dans le monde extérieur. La résistance des bactéries provoque des problèmes de plus en plus importants en santé publique, et malheureusement le nombre de décès causés par des souches bactériennes multirésistantes devient de plus en plus élevé.

Sur le plan vétérinaire, nous pouvons aider nos collègues en médecine humaine - et bien sûr tous les autres - en donnant la préférence à des types d'antibiotiques (agents antibactériens) exclusivement destinés à la santé animale. Des exemples de tels médicaments non utilisés dans le secteur humain sont l'apramycine, la tylosine, le flumequine et l'enrofloxacine.

Une erreur fréquente est de fournir des probiotiques simultanément avec des antibiotiques - sans aucun test de sensibilité. Les bactéries bénéfiques qui émergent et se propagent à partir du probiotique en germination sont détruites à cause de l'antibiotique, et "épuisent" beaucoup ce derniers, laissant moins d'ingrédient actif pour attaquer les agents pathogènes. Pour cette raison, nous ne devrions pas administrer des probiotiques à l'aveuglette pendant des cycles d'antibiotiques d'une semaine ou moins - mais seulement après, sur une période de cinq jours. Cependant au cours d'un traitement antibiotique plus long, pendant plusieurs semaines (ornithose), il peut être nécessaire d'administrer des probiotiques entre-temps, en fonction du type d'antibiotique, ou plutôt de son effet sur la flore intestinale normale. Cela devrait être décidé par le vétérinaire pendant le traitement, sur la base des résultats des tests sur les cultures bactériennes.

En général, en l'absence de tests de sensibilité, il est recommandé de choisir des antibiotiques moins dommageables pour la flore intestinale. Pour continuer l'exemple de l'ornithose: l'oxytétracycline, la chlortétracycline et la doxycycline ont toutes (en principe) un effet sur les chlamydias, mais parmi celles-ci, c'est la doxycycline qui endommage le moins les bactéries intestinales normales. (C'est aussi le moins toxique, une autre raison de le préférer lors de l'administration de médicaments sur une période plus longue.)

Il convient de mentionner un avantage particulier de l'utilisation de cultures bactériennes. Si l'échantillon est prélevé sur des fientes, les résidents bénéfiques de l'intestin se développent en plus des souches bactériennes pathogènes. Les antibiotiques examinés ont également un effet sur eux, et nous serons donc en mesure de voir quels antibiotiques causent le moins de dommages aux bactéries intestinales normales (bénéfiques). Cela nous permet de choisir des antibiotiques pour le traitement qui sont efficaces pour détruire les bactéries nocives, mais épargner les bactéries utiles dans les intestins.

Comme l'un des effets secondaires les plus graves des antibiotiques est la destruction de la flore intestinale normale, éviter cela peut contribuer grandement à la réussite du traitement! Beaucoup d'éleveurs utilisent des antibiotiques, même lorsque cela est inutile. L'utilisation d'antibiotiques dans le cas d'une infection fongique est une grave erreur, par exemple, car elle n'a aucun effet sur les champignons, mais perturbe l'équilibre entre les bactéries et les champignons dans le corps en repoussant les bonnes bactéries, laissant le champ libre aux champignons. causer la maladie et la mort s'ils sur-prolifèrent. Si quelqu'un confond une infection fongique avec une infection bactérienne et la traite en conséquence (diagnostic erroné), il doit se préparer au pire.

J'ajouterai que même les professionnels ne sont souvent pas capables d'établir un diagnostic correct sans tests exhaustifs, aussi faut-il attirer l'attention sur un traitement ciblé basé sur la méthode rapide, relativement bon marché et certainement économique de culture de bactéries (ou champignons) ). Avec une maladie bactérienne comme la paratyphoïde, un antibiotique choisi aveuglément et donc possiblement incorrectement peut être doublement dommageable pour le système. Plutôt que de s'améliorer, un pigeon souffrant de salmonelles se retrouvera dans un état encore pire à la suite d'un traitement antibiotique.

Que se passe-t-il dans de telles circonstances? Le médicament choisi au hasard n'a aucun effet sur la salmonelle, qui est résistante, alors qu'elle a tous les effets sur les bactéries intestinales, la détruisant en quelques heures. Le résultat: le médicament laisse la salmonelle inchangée, alors que la protection fournie par les bactéries intestinales normales disparaît également, et ainsi le pathogène présent dans l'intestin peut continuer à proliférer sans entrave. La culture des bactéries dans les fientes nous indique non seulement quels antibiotiques peuvent avoir un effet sur le pathogène présent, mais également quels antibiotiques n'auront PAS d'effet négatif sur les bactéries intestinales normales (bénéfiques). Si nous avons de la chance, nous pouvons trouver des médicaments qui détruisent l'agent pathogène mais qui laissent les résidents bienveillants des intestins en paix, ce qui accélérera énormément la guérison de l'oiseau malade. Surtout, comme le montrent nos propres expériences, nous pouvons faire notre part pour aider notre chance.

La méthode est facile. Quand nous partons chez le vétérinaire avec les pigeons malades ou leurs échantillons de fientes, nous devrions également prendre les probiotiques que nous utilisons normalement. Sur le chemin, nous devrions entrer dans un magasin laitier et acheter une sélection de différents yaourts naturels de bonne qualité contenant des cultures vivantes (par exemple le yaourt du Caucase, connu sous le nom de kéfir). Nous demandons ensuite au vétérinaire, en plus de l'échantillon de fèces, de répandre un peu de probiotique sur une autre plaque de culture, et une goutte de yaourt sur un tiers.

Au moment où la sensibilité du pathogène au médicament est révélée, le probiotique et les bactéries bénéfiques du yaourt auront proliféré sur les deux autres plaques. En comparant les trois plaques, nous trouverons très probablement un antibiotique qui a un effet sur l'agent pathogène, mais qui est toléré par les bactéries du yaourt ou du probiotique fabriqué en usine. S' il y a un tel antibiotique, alors - contrairement à la méthode habituelle - nous ne devons pas attendre la fin du traitement antibiotique pour donner des probiotiques (ou yaourt). Ceux-ci peuvent être administrés dès le premier moment, car la flore intestinale active et donc la digestion normale peuvent être maintenues tout au long du traitement, ce qui est en soi une victoire. Avec ce petit tour dans notre manche, le système intestinal de l'oiseau malade peut être lancé dans le sens de la guérison en quelques heures, et souvent le jour suivant, nous aurons un pigeon entièrement sain sur nos mains. Il n'est pas nécessaire d'expliquer pourquoi ceci est particulièrement important dans le cas de pigeons jeunes, gravement malades, ou peut-être de pigeons voyageurs ...

Cette méthode peut également être utilisée dans le cas de maladies respiratoires; en effet, il nous sera encore plus facile de trouver des antibiotiques efficaces contre le pathogène, mais qui ne nuisent pas aux bactéries utiles. La raison en est que la majorité des maladies respiratoires sont causées par des bactéries (par exemple haemophilus, mycoplasmes, cocci) qui sont très différentes des bactéries intestinales normales. Les salmonelles et les bactéries coli, qui sont les plus communément responsables de l'inflammation intestinale, sont étroitement apparentées aux bactéries intestinales normales. La réponse de ces agents pathogènes aux antibiotiques est donc généralement plus proche de celle des bactéries utiles.

Note Nous pouvons insérer le yaourt nature directement dans la culture (avec une seringue en plastique), mais nous pouvons également l'administrer mélangé dans un peu de céréales. Nous pouvons également l'ajouter à l'eau potable, mais nous devons d'abord la diluer dans de l'eau tiède et bien mélanger. Nous ne devrions pas utiliser de yaourt pour administrer de la tétracycline, en raison de sa forte teneur en calcium.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo Aviator's Loft - Racing pigeons - Pigeons voyageurs - Colombophilie - Beyers - Alimentation pigeons voyageurs - Racing pigeons food
PIR3 logiciel de Gestion de colombier
PIGEN pigeon genetique
mapp.jpg